Municipales à Marseille : les comptes de Marie-Arlette Carlotti invalidés

Municipales à Marseille : les comptes de Marie-Arlette Carlotti invalidés

DirectLCI
POLITIQUE - La Commission nationale des comptes de campagnes(CNCCFP) a invalidé les comptes de campagne de plusieurs têtes de listes PS aux municipales marseillaises de 2014, dont ceux de l'ex-ministre PS Marie-Arlette Carlotti, au risque de ranimer les tensions entre anciens colistiers.

La sanction se confirme. La Commission nationale des comptes de campagnes (CNCCFP) a invalidé les comptes de plusieurs têtes de listes PS aux municipales de 2014 à Marseille, dont ceux de l'ex-ministre PS Marie-Arlette Carlotti.

"Jamais ma probité n'a été mise en cause", indique la députée socialiste dans un communiqué. Elle estime avoir été "abusée" par l'expert-comptable qui, selon elle, "s'est autorisé à modifier la présentation" du compte après la date limite de dépôt, "sans même" l'en avertir. Ce dernier avait reconnu, dans une lettre à la Commission "une qualité de travail fortement amoindrie" de son cabinet en raison d'un manque de personnel.

Mennucci visé par Carlotti

Mais l'ex-adversaire de Patrick Mennucci aux primaires socialistes, met également en cause son ex-chef de file avec lequel elle est restée à couteaux tirés. Selon elle, les remarques de la Commission concernent "les dépenses de la campagne centrale dont le candidat à la mairie de Marseille, (M. Mennucci, ndlr) est l'ordonnateur". Elle lui demande donc "de prendre toutes ses responsabilités".

La réponse de Patrick Mennucci n'a pas tardé. "J'ai demandé une réunion dès la semaine prochaine avec le trésorier du PS, à Paris , pour que l'assurance de l'expert-comptable soit mise en œuvre", pour suppléer au non-remboursement des dépenses, précise-t-il.

Le rejet des comptes de campagne implique le non-remboursement par l'État des dépenses du candidat et un risque d'inéligibilité pour une durée pouvant aller jusqu'à trois ans.

Un adjoint de Jean-Claude Gaudin également concerné

A noter qu'il n'y a pas qu'au PS que des élus ont vu leurs comptes rejetés. Ceux de Roland Blum, 3e adjoint (UMP) aux finances de Jean-Claude Gaudin, ont également été rejeté par la commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP). "Je conteste le motif retenu par la commission. Je conteste totalement les faits et je m'en expliquerai devant le tribunal administratif", a déclaré M. Blum, tête de liste dans les 11e et 12e arrondissements de Marseille. Selon lui, c'est sur la location de son local de campagne que la commission a motivé son rejet.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter