Nantes-Atlantique : la croissance du trafic passager la plus forte de France

Nantes-Atlantique : la croissance du trafic passager la plus forte de France

France
DirectLCI
TRANSPORT - La société Aéroports du Grand Ouest – Vinci Airports a dressé un bilan très positif de la fréquentation de l’aéroport nantais. Et se tient prête pour le début des travaux à Notre-Dame-des-Landes, dès que l’Etat aura donné son feu vert.

"Une croissance élevée, des lignes qui marchent bien, une région dynamique." Nicolas Notebaert, président de Vinci Airports-Aéroports du grand Ouest, qui gère l’actuel aéroport Nantes-Atlantique, a dressé un bilan très positif de l’année écoulée.

En 2013, 3, 93 millions de passagers ont transité par l’aéroport, soit une croissance de 8, 24 % par rapport à l’année précédente. "C’est largement supérieur à la moyenne française qui est d’environ 2 %", explique Nicolas Notebaert, qui tient à mettre en avant ces chiffres "extrêmement élevés qui témoignent de l’attractivité de la région". De 2009 à 2013, Nantes-Atlantique connaît en effet la plus forte croissance de France, devant Bordeaux, Toulouse et Nice. "Le trafic passager est multiplié par deux tous les 10 ans."

Notre-Dame-des-Landes : "Sans doute avant l'été"

Preuve de ce succès, 11 nouvelles lignes ont également été créées en 2013, desservant 33 destinations européennes. "Elles sont le meilleur atout de cet aéroport, et connaissent une augmentation du trafic de 20 %." En 2014, quatre nouvelles compagnies vont s’installer à Nantes : Tap qui proposera une liaison vers Lisbonne, Etihad Régionale qui, via Genève, desservira Abu Dhabi, Sun Express vers Izmir (Turquie) et Aegan, sur Athènes.

Pour l’avenir, Vinci est "prêt" pour le projet de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes, dont il est concessionnaire. "Le calendrier est déterminé par le gouvernement", rappelle Nicolas Notebaert. "On fait cela de manière professionnelle, en respectant les textes, le protocole et la sécurité." Aucune date précise n’est en effet avancée pour le premier coup de pelle : les opposants ont attaqué en référé les arrêtés du préfet, qui auraient permis de lancer les premiers travaux de transferts des espèces protégées et de protection des zones humides. "Ce sera sans doute avant l’été", avance, cependant, le directeur de Vinci.
 

Sur le même sujet

Lire et commenter