Nantes : ce que propose la candidate verte pour les transports

Nantes : ce que propose la candidate verte pour les transports

DirectLCI
MUNICIPALES - La candidate aux municipales EELV Pascale Chiron a présenté ses ambitions en matière de transports et de déplacements dans la cité des ducs.

Bouchons, manque de places, trams trop chers… Le sujet des transports à Nantes est souvent prétexte à débat chez les Nantais. La candidate d’Europe écologie les Verts s’y est attaquée, en présentant lundi ses propositions en matière de déplacements . Le point.

Pour les voitures.
"Le stationnement des véhicules sur l’espace public est compliqué entre les résidents, les actifs et les visiteurs", note Pascale Chiron. Elle propose de réaliser un audit sur les parkings relais existants, aux abords de la ville avant de décider de l’implantation de nouveaux parcs pour voitures. Le tout pour répondre à deux urgences : la saturation des P+R de la route de Vertou et de Recteur-Schmitt.

La jeune femme entend aussi fluidifier la circulation dans le centre. "Encore trop de déplacements courts se font en voiture. Il convient de repenser son usage en milieu urbain." Un des points noirs, le franchissement de la Loire, serait amélioré en doublant le pont Anne-de-Bretagne pour un axe de transport en commun en site propre, et en reliant Rezé et le bas Chantenay par un téléphérique. Deux alternatives "moins coûteuses" au projet de tunnel étudié par la majorité.

Pour le tramway.
Pascale Chiron entend "mieux connecter les quartiers et la périphérie nantaise", en réinvestissant dans le tramway, ce qui n’a pas été fait lors du mandat précédent. "Le manque de connexion entre les villes de l’agglomération et les quartiers nantais nous oblige à repenser nos infrastructures", estime-t-elle. La jeune femme veut ainsi réaliser un tramway "inter quartiers", en reliant au nord-est les lignes 1 et 2, et à l’ouest les lignes 1 (Bellevue) et 3 (Beauséjour). Est également évoquée la liaison entre la ligne 3 (Beauséjour) et la ligne 2 (Orvault grand Val) avec le contournement du bourg d’Orvault.

Pour le vélo.
"Les cyclistes ont gagné du terrain. Mais beaucoup reste à faire pour passer de 5, 3 % à 12 % de trajets en vélo". Pascale Chiron veut ainsi sécuriser certains "axes dangereux", comme la rue de Strasbourg, le boulevard Dalby, le boulevard Guist’hau, ainsi que le franchissement des portes du périphérique. Au total, 10 % du budget voirie serait consacré aux aménagements pour le vélo. Garages à vélo, et appuis vélos seront aussi démultipliés dans les quartiers et le centre-ville, pour développer la pratique.

Pour les piétons.
26, 8 % des déplacements se font déjà à pied. "Mais il convient de sécuriser les passages piétons, les rendre tous accessibles aux personnes à mobilité réduite." Pascale Chiron propose de généraliser les zones 30 km/h, et de lancer un programme par quartier intitulé "des trottoirs pour marcher" en garantissant la circulation des piétons, des poussettes et des personnes à mobilité réduite.

> Tous les détails de ses propositions sur www.pascalechiron2014.fr
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter