Nantes : jugée pour avoir dansé nue dans une chapelle

FRANCE
DirectLCI
JUSTICE – Une jeune artiste avait dansé nue sur l’autel d’une chapelle dans le Finistère, dans le cadre d’un festival. Elle était attaquée pour injure publique envers un particulier en raison de sa religion, devant le tribunal correctionnel de Nantes.

Est-ce une injure ? Une démarche artistique ? Ou est la frontière entre liberté d’expression et de religion ? Lundi une artiste, âgée d’une trentaine d’années, était jugée au tribunal de Nantes. En cause : elle avait dansé sur l'autel de la chapelle Saint-Pierre-de-Mahalon, en juillet 2009, près d'Audierne, dans le Finistère)… dans le plus simple appareil. L'histoire est rapportée par Ouest-France.

Lors d’une performance dans le cadre d’un festival artistique, elle est en effet montée sur l’autel, s’est dévêtue, et s’est mise à danser… s’attirant les foudres des membres de la communauté catholique, qui bien qu’ayant ouvert le lieu à ce spectacle culturel, n’en connaissait pas le contenu.

"Un questionnement du corps"

L'artiste comparaissait donc pour injure publique, attaquée par l’association Croyances et libertés, qui demandait un euro symbolique de dommages et intérêts, estimant que la jeune femme avait "délibérément outragé un autel" considéré comme le "lieu le plus sacré de la foi chrétienne". "L'enjeu est énorme", indique l’avocat dans Ouest-France . "On sait que de nombreuses églises sont investies de manière tout à fait sauvage. La ligne rouge est franchie."

L’artiste, quant à elle, explique vouloir rester dans "le champ symbolique et philosophique" de "questionnement du corps dans le cadre d'un festival d'art contemporain".

Pour le tribunal, l’injure n’est pas aussi avérée : d’après la jurisprudence, "l’injure est une attaque personnelle et directe", indique le procureur. "Mais quel était le message de l'artiste ? Elle nous indique qu'elle ne sait pas elle-même... " Il a donc requis la relaxe "faute de preuve" de message insultant. Le tribunal rendra sa décision le 6 juin prochain.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter