Nantes : les trafics dans le viseur de la police

Nantes : les trafics dans le viseur de la police

DirectLCI
REPORTAGE – Dans le cadre d’un partenariat avec la Ville de Nantes et le parquet, la police resserre ses opérations de surveillance et de contrôle des trafics, sur des lieux bien identifiés dans les quartiers nantais.

Un mercredi, quartier Malakoff à Nantes. Grand soleil, air printanier. Sur la place centrale, une dizaine d’hommes sont attablés devant le tabac presse. Des femmes passent avec leurs poussettes, en direction du Lidl. Quelques groupes de jeunes squattent dans un coin. Un calme précaire. Soudain, une dizaine de camions de CRS débarquent ; déversent des groupes de policiers, qui encadrent la zone.

Deux adolescents s’enfuient en courant, se font courser et arrêter. Très vite, le périmètre est bloqué. Commencent alors des fouilles et des contrôles d’identité. Une équipe suit un chien renifleur, qui arpente les lieux ; des patrouilles investissent les immeubles d’une quinzaine d’étages qui quadrillent la place, fouillent méthodiquement les caves et les halls. Le tout sous le regard des passants, parfois interloqués.

Lutter contre les trafics de rue

"L’opération a plusieurs objectifs : la lutte contre les trafics, mais aussi contre l’appropriation des caves et des espaces communs, des halls d’immeubles", explique le commissaire Maxence Creusat. Ce type d’action est mené toutes les semaines dans différents quartiers nantais, sur des secteurs bien identifiés.

Malakoff n’a pas été ciblé par hasard. Depuis le début de l’année en effet, les tensions montent dans ce quartier entièrement réhabilité  qui borde la Loire. Le 18 février dernier, deux jeunes y ont été blessés par balle en plein jour . Début avril, des coups de feu ont retenti dans la nuit. Depuis, la police a renforcé ses patrouilles. Il y a une semaine, une descente du même type a été menée, de nuit. "Nous ne voulons pas créer d’habitudes, mais montrer qu’à tout moment nous pouvons intervenir", résume le commissaire Creusat.

L’opération aura duré plus de deux heures. Huit personnes ont été interpellées pour possession de stupéfiants et port d’armes. Bijoux, vêtements de contrefaçon, cannabis ont été retrouvés. Un beau bilan pour la police. Même si certains passants se montrent dubitatifs : "Cela fait beaucoup de monde pour peu de résultats, non ?", réagit un habitant du quartier. Avant d’admettre : "Si ça peut faire un peu peur aux trafiquants… Mais je doute que cela ne soit très efficace sur le long terme. C’est surtout un problème d’éducation. C'est trop tard."

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter