Nantes : un anniversaire qui roule pour Bicloo !

FRANCE
DirectLCI
TRANSPORT - Le vélo en libre-service fête ses 6 ans cette semaine. L’occasion de faire le point sur ce moyen de transport aux débuts difficiles, qui trouve aujourd’hui son rythme de croisière.

Décrocher, rouler, raccrocher. Bicloo, le vélo en libre-service qui a débarqué à Nantes il y a 6 ans, est désormais bien ancré dans les habitudes des Nantais. Le point.

Etat des lieux 
Jacques Garraud, vice-président de Nantes Métropole en charge des déplacements doux, a le sourire. "Ça fonctionne à plein régime", se félicite-t-il, avant d’aligner les chiffres : l’utilisation du Bicloo a augmenté de 4, 5 % entre avril 2013 et avril 2014 ; le service compte 10 000 abonnés annuels pour les 880 vélos répartis sur 103 stations ; 4 000 à 5 000 utilisations sont faites par jour en moyenne, et 5 millions de Bicloo ont été décrochés depuis le lancement.

Les tops ?

"Beaucoup de Nantais demandent qu’on installe une station dans leur quartier", indique Jacques Garraud. "Cette réussite est due à la souplesse de ce système de vélo partage, qui évite les problèmes de stationnement." Les arrêts qui fonctionnent le mieux sont ceux qui s’inscrivent dans une chaîne de déplacement, conjuguant train, bus, tramway. Dans le quinté de tête : Gare Sud et Gare Nord, place Ricordeau, Commerce, et Cité des congrès.

Les flops ?
Si le succès est bien là, les deux premières années ont été difficiles. "Il a fallu un temps de rodage", reconnaît Jacques Garraud. "En 2008, le service était nouveau, les gens se faisaient avoir, raccrochaient mal leur vélo. Aujourd’hui, le système est bien compris par les utilisateurs." Des adaptations ont été faites en cours de route, permettant de booster la fréquentation : passage à une ouverture 24 heures sur 24, ajout d’une quinzaine de nouvelles stations, paiement par carte bancaire…

D’autres points noirs ?
Plus aucun vélo ou plus assez de places… Certaines stations, très demandées concentrent tous les besoins des Nantais. Ainsi, "les emplacements soumis à une forte concentration aux heures de pointe, comme la gare par exemple, sont très vite démunis le matin, et à l’inverse saturés le soir." Même problème sur des lieux universitaires, comme l’école d’architecture sur l’île de Nantes. "On essaie d’améliorer la régulation, en faisant tourner trois camions pour répartir les deux-roues", indique Jacques Garraud. Des dispositifs comme des crédits de temps sont aussi mis en place pour inciter à se rabattre sur des stations moins fréquentées.

Quelles perspectives d’évolution ?

Nantes Métropole planche sur de nouvelles propositions, comme des vélos à assistance électrique, et l’ouverture de nouvelles stations. Surtout, la communauté urbaine réfléchit à un système de location de vélo longue durée, en complément du Bicloo, restreint à l’hyper-centre, qui permettrait de développer la pratique dans les 24 communes. Mais rien de concret n'est à attendre avant 2017 : Nantes Métropole a signé une délégation de service public avec JC Decaux qui court jusqu’à cette date.
 

Lire et commenter