SNCF, routes et autoroutes : les usagers et automobilistes appelés à rester chez eux

France
DirectLCI
CONSIGNES - Alors que la neige et le verglas ont fait une apparition massive en Ile-de-France, les pouvoirs publics ont incité les automobilistes à rester chez eux, mercredi 7 février. L'épisode neigeux devrait durer jusqu'à la mi-journée.

Les consignes sont claires, qu'elles viennent de la SNCF, du ministère des Transports ou de celui de l'Intérieur. Les automobilistes franciliens et les voyageurs ferroviaires sont invités à rester chez eux, mercredi 7 février, alors que les chutes de neige se sont faites particulièrement intenses la nuit dernière, au point que l'épaisseur cumulée à Paris a atteint 12 centimètres, un record sur les 30 dernières années.


Au micro de LCI, le porte-parole de l'Intérieur Frédéric de Lanouvelle a, en conséquence, lancé cette consigne : "on demande aux automobilistes de ne pas prendre leur véhicule ce matin. Les services de l'Etat sont mobilisés, avant même l'annonce de l'épisode, mais c'est un phénomène exceptionnel." Qu'importe si le droit du travail ne prévoit pas vraiment de vous autoriser à sécher le travail en cas de conditions météorologiques difficiles, le porte-parole de Beauvau, qui  a également annoncé que 1800 à 2000 personnes étaient bloquées sur les routes, insiste : "Ça empêcherait les services de l'Etat d'être les plus efficaces possibles."

La SNCF préconise un report des voyages

Des consignes déjà données par le ministère du Transport, et reprises à son compte par... la SNCF. Déjà en proie aux difficultés hier, obligée de faire ralentir ses TGV pour éviter la projection de glace sur d'autres trains, la société ferroviaire, qui a accueilli des centaines d'automobilistes et voyageurs franciliens dans ses gares dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 février, a conseillé à ses "clients de reporter leurs déplacements" ce mercredi. 


"Le trafic ferroviaire sera très fortement perturbé toute la matinée en Ile-de-France avec moins d'un train sur deux en moyenne sur les lignes transiliens" et "des vitesses" réduites sur les grandes lignes, a ajouté un porte-parole à l'AFP. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter