Nice : A 19 ans, il avait foncé sur des policiers et essuyé quatre coups de feu

Nice : A 19 ans, il avait foncé sur des policiers et essuyé quatre coups de feu

France
DirectLCI
JUSTICE – Le jeune niçois qui, dans la nuit du 17 au 18 décembre dernier au volant d’une voiture, avait foncé sur des policiers venus l’arrêter pour un cambriolage, comparait pour violences aggravées.

"Je me suis vu mort, en sang entre le capot de ma voiture et celui de la Twingo dans la fraction de seconde avant de faire usage de mon arme". C’est l’un des policiers appelés au départ pour un simple cambriolage de villa chemin de l’Elysée, à Fabron, dans la nuit du 17 au 18 décembre dernier, qui témoigne à la barre du tribunal correctionnel de Nice. Cette nuit-là, quatre policiers ont été blessés, et le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd pour les forces de l’ordre comme pour l’un des malfaiteurs.

A leur arrivée sur place, les fonctionnaires découvrent une Twingo au moteur encore chaud et un sac contenant le butin. Informés qu’une seconde voiture approche, les policiers improvisent une planque. Dylan, 19 ans, l’un des cinq occupants, descend et prend le volant de la Twingo. "J’ai allumé le contact, plusieurs policiers sont sortis avec le pistolet à la main, j’ai eu peur, j’ai entendu des coups de feu, je n’ai voulu toucher personne", affirme le jeune homme dans le box, poursuivi pour violences aggravées.

Il risque 7 ans de prison

"Vu la rapidité avec laquelle il descendait on ne pouvait pas s’écarter, témoigne le policier. Il me fonce dessus, je sors mon arme en lui disant de s’arrêter, j’essaie de m’écarter, je vois les deux phares qui se décalent sur moi, je tire un coup de feu, il me percute, je tire encore deux coups de feu juste avant qu’il percute mon collègue". La voiture continue sa progression vers un autre policier positionné plus loin. Persuadé qu’il va être percuté à son tour, il ouvre le feu. "Au moment du tir, la voiture stoppe et repart aussitôt en marche arrière sans regarder derrière lui et va percuter le mur où il s’immobilise". Le parquet a requis quatre ans de prison, dont trois fermes.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter