Nice : Crossover, le festival cosmopolite

FRANCE

RENDEZ-VOUS - Du 28 mai au 16 juin, c’est reparti pour le sixième Crossover, le festival des musiques actuelles de Nice. Une édition qui continue d’investir la ville et de proposer un croisement hétéroclite du son et des arts. Dansez maintenant !

Dans les couloirs de Panda 06, organisateur de l’événement depuis maintenant six belles années, l’effervescence et l’excitation sont palpables. Si l’équipe avoue ne pas avoir vraiment galéré pour imposer le premier festival de musiques actuelles dans une ville aux clichés vieillissants, l’objectif était clair dès le départ : transformer Crossover en un concentré de créativité, ce qui fait la vie de la Cité en intégrant de nouveaux acteurs qui bousculent les barrières. « Les gens ont soif de culture, de divertissement, il y a une vraie demande », explique Yan Degorce-Dumas. Et ce ne sont pas les 16 000 visiteurs de l’édition 2013 qui viendront le contredire.

Plus qu’un festival de musique, Crossover s’est construit, au fil des années, une identité particulière en multipliant les arts et les lieux. Non seulement le cinéma, l’art plastique et la danse s’invitent lors de ces dix jours de célébration mais le festival investit des lieux incontournables de Nice : la Villa Arson, le Chantier 109 (voir encadré), le Hi Beach, la Colline du Château, l’opéra et cette année, le Théâtre de verdure. Autant d’endroits qui légitiment l’estampillage « renouveau niçois » du festival.

Cru 2014
Toujours en phase de « maturation », cette sixième édition frappe un grand coup en programmant le petit groupe qui monte depuis quelques mois, l’atypique Fauve pour sa clôture. Un final en apothéose pour un cru de haut vol placé sous le signe de l’indie rock sans pour autant renier l’électro. Jeff Mills, Skream, Gilles Peterson, Brandt Brauer Frick, Jesse Rose, Moderat, The Old Boys et bien d’autres feront vibrer vos nuits. Forcément plus belles que vos jours à cette période !

Cure de jouvence pour le 109
La réhabilitation des Abattoirs de Nice sous l’appellation Chantier 109/Sang neuf fut l’un des grands projets de Christian Estrosi. Et Crossover n’est pas pour rien dans ce regain d’attention. « On a souhaité donner une impulsion à cet espace qui n’avait pas encore reçu de grand public. » Mission réussie depuis deux ans puisque le 109 s’est mué en lieu emblématique du festival qui abrite notamment les soirées électro. « C’est assez adapté en termes d’esthétique avec un côté post-industriel. » Une fois les folles soirées terminées, le 109 redeviendra galerie d’exposition moderne.
 

Lire et commenter