Nice : des boîtiers dans les amphis pour tester les étudiants

Nice : des boîtiers dans les amphis pour tester les étudiants

FRANCE
DirectLCI
UNIVERSITE - L'université de Nice a lancé une expérimentation de "pédagogie inversée" avec des boîtiers électroniques pour collecter en direct les réponses des étudiants.

Un quiz "comme à la télé" dans un amphi de 95 étudiants qui cliquent sur boîtier électronique pour donner une réponse en direct. C'est l'expérimentation que mène l'université de Nice dans un cours de physique à Polytech, l'école d'ingénieurs universitaire basée à Sophia Antipolis. "Cela permet à l'enseignant de vérifier si les étudiants ont compris une notion, explique Frédérique Vidal, la présidente de l'université de Nice Sophia Antipolis. Si une majorité d'entre eux répondent mal, l'enseignant reprend son explication".

"Le but n'est pas de mettre les étudiants en concurrence sur leurs connaissances comme à 'Questions pour un champion', mais de les faire entrer dans une réflexion collective sur les raisons pour lesquelles la majorité a donné une réponse", développe Ugo Bellagamba, le directeur du service des pédagogies innovantes.

"L'enseignant peut répondre immédiatement"

Les boîtiers, baptisés clickers, sont un outil au service d'une méthode plus générale d'enseignement : la pédagogie inversée, traduction de flipped classroom. "On donne le cours aux étudiants à l'avance, ils acquièrent les notions fondamentales et, en cours, on ne fait que les exercices. Cela permet de mettre la pratique au cœur de l'enseignement : là où il y a une difficulté, l'enseignant peut répondre immédiatement".

L'université de Nice a investi 60 000 euros pour acheter 2 000 boîtiers électroniques. Outre Polytech, ils sont utilisés à l'institut universitaire de formation des maîtres. Des expériences similaires devraient être lancées en médecine, odontologie, droit et lettres.

Lire et commenter