Nice - Le Negresco, le palace qui joue sa carte écolo

Nice - Le Negresco, le palace qui joue sa carte écolo

ENVIRONNEMENT – Le conseil général des Alpes-Maritimes organise demain le forum annuel de son plan « climat énergie », qui vise à réduire de 20%, d’ici à 2020, les émissions de CO2 de ses résidents. Il remettra à cette occasion les seconds trophées « climat énergie ». Focus sur l’un des candidats en lice, le palace niçois, le Negresco.

19 communes, 17 collectivités ou établissements publics, 31 entreprises et 11 associations sont en lice pour décrocher, demain, l’une des distinctions remises par le département pour saluer les initiatives en faveur du climat. Parmi eux, le Negresco dispose de sérieux arguments. En mars dernier, le célèbre palace de la promenade des Anglais a décroché l’ Ecolabel européen . "En France, seuls trois hôtels 5 étoiles ont obtenu cette distinction, se félicite Hélène Seropian, responsable presse et vente de l’établissement. Et la tâche était plus aisée pour les deux autres, de taille plus modeste que le Negresco et ses 117 chambres."

L’idée d’un employé

L’idée est venue l’an dernier de l’un des salariés de l’hôtel, soutenu ensuite par sa direction, Jonathan Meilland, responsable des achats non périssables. "J’étais convaincu que l’on pouvait faire les choses autrement, explique le jeune homme, en alliant qualité, développement durable et économies." Pour obtenir l’Ecobel, qui porte sur 90 critères, plusieurs mois de travail ont été nécessaires, avec un investissement de 100 000 euros. Il a ainsi fallu changer les ampoules de plus de 6 000 points lumineux. "Mais en trois mois, grâce aux économies d’électricité, l’opération a été amortie", note Jonathan. La consommation horaire d’une chambre est ainsi passée de 576 à 149 W. Le débit de l’eau a été modifié. Avant, prendre une douche au Negresco équivalait à consommer 22 litres d’eau à la minute. Aujourd’hui, seulement 12 litres. Même gain pour les robinets des lavabos, passés grâce à de nouveaux embouts de 14 à 8 L/mn.

Tri sélectif pour les clients

Les ateliers de menuiserie de l’hôtel ont construit un meuble de tri sélectif, situé au 1er étage du bâtiment, pour que les clients viennent y déposer carton, plastique et papier. "Les femmes de chambre, pour des raisons de sécurité, n’ont pas le droit de trier les poubelles des clients, explique Jonathan. Il fallait donc les inciter à le faire eux-mêmes, et ça marche !" Dans les bureaux aussi (l’hôtel compte 180 salariés), les déchets sont triés et l’impression réalisée en recto-verso. Quant aux cuisines, elles transforment désormais les 100 kg de déchets organiques journaliers en compost. À la clé, des économies puisque l’hôtel paye la collecte au poids. Or, ce sont les déchets les plus lourds. Le compost est ensuite acheminé à Berre-les-Alpes, sur une exploitation agricole qui, en retour, approvisionne le restaurant du Negresco avec la production du pays. Un circuit vertueux…
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Tensions au Proche-Orient : nouvelle réunion du Conseil de sécurité de l'ONU prévue dimanche

Dans les villes mixtes d'Israël, un climat insurrectionnel qui inquiète au plus au point

Covid-19 : les cas de variant indien en légère hausse en France

EN DIRECT - Covid-19 : la Grèce se rouvre aux touristes après sept mois de confinement

Traque dans les Cévennes : paranoïaque, passionné d'armes... l'inquiétant profil du fugitif

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.