Nice : les policiers tirent au flash-ball pour s'exfiltrer de la cité des Moulins

Nice : les policiers tirent au flash-ball pour s'exfiltrer de la cité des Moulins

FAIT DIVERS - Les fonctionnaires ont dû faire usage de leur flash-ball jeudi après-midi pour se dégager d'un attroupement dans la cité des Moulins. Dans la nuit, le commissariat de Saint-Augustin a été visé par un cocktail molotov.

Le quartier des Moulins, à Nice Ouest, a été le théâtre de vives tensions ce jeudi. "Deux contrôles ont généré des rassemblements et des violences, au cours desquels deux policiers ont été légèrement blessés" confirme le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) des Alpes-Maritimes, Marcel Authier, joint par metronews.

Pour se dégager d'une "foule hostile", les policiers de la "Brigade  spéciale de terrain", une unité dédiée aux zones urbaines sensibles, ont fait usage de leur flash-ball et d'une grenade lacrymogène rapporte le syndicat Alliance dans un communiqué. "Les moyens de police ont été utilisés avec des gestes techniques normaux" confirme Marcel Authier.

Trois interpellations

Dans la nuit, la tension n'est pas retombée. Le commissariat de Saint-Augustin, situé en face la cité des Moulins, a été la cible de projectiles. Une "bouteille incendiaire" a notamment atterri dans la cour intérieure du bâtiment, sans causer de dommages précise la police. Selon le syndicat, "une quinzaine de jeunes s'étaient regroupés pour commettre ces actes intolérables". L'état-major précise à metronews que "trois individus ont été interpellés pour ces faits et placés en garde à vue".

C'est la deuxième fois en deux ans que ce commissariat est caillassé. "Ces actes condamnables sont aussi le signe de l'efficacité de la police, qui par son action gêne les délinquants. Je veux rendre hommage aux policiers qui vont dans tous les quartiers pour faire leur boulot courageusement et de manière professionnelle" insiste le DDSP. Pour le syndicat Alliance, "l’Etat doit donner les moyens aux policiers des Alpes-Maritimes de juguler cette violence sans fondement ! Et ce ne sont pas les quinze gradés et gardiens mutés au 1er septembre à Nice qui vont endiguer ces violences…"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 10 millions de Français ont fait leur dose de rappel, selon Olivier Véran

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.