Nice : l'individu soupçonné d'apologie d'acte de terrorisme en prison

FRANCE

JUSTICE - Le jeune homme soupçonné d'avoir crié "100% Kouachi" à des policiers, vendredi devant le commissariat de l'Ariane, a été placé sous mandat de dépôt ce lundi. Son procès pour apologie d'un acte de terrorisme a été fixé au 4 février prochain. Il nie toute implication.

C'est un solide gaillard au regard parfois agacé, portant une doudoune noire et un pantalon de jogging rouge, qui s'est présenté ce lundi, en comparution immédiate, devant le tribunal correctionnel de Nice. Après quarante-huit heures de garde à vue, Yacine répondait d'apologie d'acte de terrorisme et d'outrages à agents . Et ce dans un contexte particulier après les tragiques événements survenus la semaine dernière.

EN SAVOIR +
>>
Apologie du terrorisme : jusqu'à 7 ans de prison pour les fauteurs
>>
"Je suis Charlie Coulibaly" : Dieudonné dans le viseur du parquet
>>
Plusieurs arrestations pour apologie du terrorisme

Agé de 18 ans, il avait été interpellé vendredi après-midi à bord d'une voiture à proximité du commissariat de l'Ariane. Selon les policiers qui l'ont formellement reconnu lors de son arrestation, celui-ci leur aurait adressé à deux reprises, depuis la fenêtre du véhicule côté passager, un "100% Kouachi" pour le moins inquiétant ainsi qu'au moins un doigt d'honneur.

Un sosie ?

Son allusion aux deux frères auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo, qui ont abattu deux fonctionnaires de police parmi leurs nombreuses victimes, a en tout cas été prise très au sérieux. A tel point qu'un équipage de la brigade anti-criminalité l'a intercepté peu après les faits, dans la voiture qui revenait une nouvelle fois en direction du commissariat.

Depuis le début de cette affaire, le jeune homme actuellement à la recherche d'un emploi, sans casier judiciaire, nie toute implication. "A l'heure des faits, il n'était pas dans ce véhicule, a souligné son avocat Me Richard Pyné. Il déjeunait dans un snack, le gérant s'en souvient et a témoigné. Ce qui est ennuyeux c'est qu'il a été reconnu mais ça pouvait être quelqu'un qui lui ressemble beaucoup".

Jusqu'à cinq ans de prison

Toujours selon son défenseur, Yacine n'a pas le profil "d'un supporter des feux Kouachi", d'autant "qu'il ne pratique pas de religion et qu'il a fêté Noël", assure-t-il. Ses parents, présents lors de l'audience, lundi, ont également affirmé devant plusieurs journalistes que leur fils était loin de ces idées extrêmes.

Après avoir demandé un délai pour mieux préparer sa défense, le prévenu a été placé sous mandat de dépôt en attendant son procès renvoyé au 4 février. Il risque jusqu'à cinq ans de prison.
 

Sur le même sujet

Lire et commenter