Nice Matin : Hersant veut avancer 2 millions d’euros

FRANCE
DirectLCI
MEDIAS – Alors que l’argent promis par le repreneur GXP Capital est toujours attendu par le Groupe Nice Matin, l’actuel propriétaire GHM a proposé ce vendredi d'avancer 2 millions d'euros pour retarder un éventuel redressement judiciaire

L’interminable saga du rachat du groupe Nice Matin continue ! Ce vendredi à l’issue d’un CE extraordinaire, l’actuel propriétaire, Groupe Hersant Média (GHM), a proposé au personnel d’avancer la somme de 2 millions d’euros.

Un chèque qui permettrait d’assurer la trésorerie (et donc les salaires) jusqu'à fin juin "pour laisser à GXP le temps d'arriver. Il (NDLR : GHM) ne veut pas louper la vente", a résumé un représentant syndical SNJ devant les salariés réunis en assemblée générale.

Si la proposition a été acceptée vendredi après-midi par les personnels du quotidien régional, elle est maintenant soumise à l’appréciation du président du tribunal de commerce de Nice. Ce dernier devrait se prononcer en début de semaine prochaine sur ce deal surprise lancé par l’actionnaire Philippe Hersant.

"On espère toujours"

Deux cas de figure sont possibles. Soit l’avance de trésorerie est validée et le spectre redouté du redressement judiciaire (à ne pas confondre avec un dépôt de bilan) s’éloigne provisoirement. Soit elle est refusée. Dans ce cas là, le groupe Nice-Matin qui emploie 1250 salariés et a terminé 2013 avec une perte de 6 millions d’euros, serait mis en redressement judiciaire. D’autres repreneurs pourraient alors se manifester, d'autant que des dettes devraient être rayées.

Depuis février, le fonds d'investissement suisse GXP Capital, associé à l'ancien élu niçois Jean Icar t, tarde à concrétiser son financement de 20 millions d'euros pour reprendre l'entité qui publie Nice Matin, Var Matin, Monaco Matin et détient 50% de Corse Matin.

Cette structure, dirigée par Gilles Périn, affirme pourtant depuis le début que l’argent promis est bel et bien dans les tuyaux."On espère toujours mais je ne vois pourquoi les sous arriveraient plus maintenant qu’avant", soupire un salarié de Nice Matin.

Contactée ce vendredi par metronews, la direction du groupe Nice Matin n’a pas donné suite à nos sollicitations.

 

Lire et commenter