Nord-Pas-de-Calais : usagers et élus unis contre les suppressions de TGV

FRANCE
DirectLCI
TRANSPORT – Tandis que des horaires de TGV sont menacés de disparition sur la ligne Arras-Paris, les usagers ont lancé une grève de présentation de billets. Les élus nordistes des villes concernées lancent un appel à la mobilisation de toute la région.

L'union fait la force. Pour dénoncer la suppression programmée de certains horaires de TGV vers Paris dans plusieurs villes du Nord-Pas-de-Calais, usagers et hommes politiques (de droite comme de gauche) avancent main dans la main.

Pour défendre la suppression de deux TGV Arras-Paris (de 17h22 et de 18h22) sur douze (contre 33 en 1993), les abonnés ne présentent plus jusqu'à vendredi leur titre de transport. En guise de protestation, une autre action aura lieu, le 3 juin à la gare du Nord, où tous les usagers sont appelés à emprunter le même horaire de retour pour démontrer son utilité.

Des décisions "unilatérales et sans concertation"

"La SNCF prend des décisions unilatérales et sans concertation, indique à metronews Gérard Dupagny, président de l'association d'usagers A fond de train. Ces dessertes sont indispensables pour de nombreux salariés. Nous réclamons tous la tenue rapide d'assises régional du transport ferroviaire, afin que tout le monde puisse débattre de ce sujet vital".

Des communes, telles que Douai, Lens, Béthune, Hazebrouck, Dunkerque ou Valenciennes, pourraient aussi être impactés par ces suppressions. Conséquence, les élus locaux montent au créneau. Pour faire pression sur la SNCF, Philippe Rapeneau, président (UMP) de la communauté urbaine d’Arras, a ainsi lancé un appel aux élus régionaux pour qu'ils fassent voter des motions de dénonciation.

Une facture de 800.000 euros

Pour le maire d'Arras, qui a récemment écrit sa colère à la SNCF, ces disparitions (au profit de la ligne Paris-Creil) "mettent en péril les efforts consentis par nos territoires, et les équilibres qu’ils s’attachent à développer". Une pétition a été mise en ligne contre l'arrêt des dessertes dans le Nord-Pas-de-Calais sur le site www.petitionpublique.fr. Selon le conseil régional, la facture pour la Région de la disparition des deux dessertes s'élèverait à 800 000 euros, afin de réorganiser les correspondances avec des TER.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter