Notre-Dame-des-Landes : les opposants sonnent la fin de l’alerte

Notre-Dame-des-Landes : les opposants sonnent la fin de l’alerte

DirectLCI
AEROPORT – Depuis mercredi matin, à la suite d’une autorisation d’expulsion donnée par le tribunal de Nantes pour une ferme sur la commune de Vigneux-de-Bretagne, les opposants s’étaient mobilisés.

"Fin de la menace d’expulsion. Face à la puissance du mouvement, la préfecture recule !" C’est ce qu’ont annoncé les associations d’opposants à l’aéroport ce jeudi. Depuis mercredi, ils avaient appelé à la mobilisation devant une ferme située à Saint-Jean-du-Tertre, sur la commune de Vigneux-de-Bretagne, sur la zone d’aménagement du futur aéroport.

Mardi soir en effet, le tribunal de Nantes, saisi par l’Etat et le concessionnaire AGO, avait donné l’autorisation d’expulser quatre occupants illégaux , installés dans les lieux depuis le 14 avril. Les opposants craignaient alors une opération d’évacuation rapide des forces de l’ordre, dès mercredi matin. Sur les réseaux sociaux, ils avaient appelé tous leurs soutiens à les rejoindre, et plus d’une centaine de personnes étaient venues sur place. L’opération d’expulsion n’a finalement pas eu lieu .

"Une belle victoire pour l'ensemble du mouvement"

En fait, d’après l’Acipa, principale organisation d’opposants, des négociations ont été engagées mercredi matin avec la préfecture. "Elle voulait que les routes soient libérées et qu’il n’y ait pas d’affrontements", indique l’association. Réunis en assemblée générale, les anti-aéroport ont demandé qu’il n’y ait "aucune expulsion sur l’ensemble de la Zad, d’ici la fin des recours engagés".

A l’issue des discussions avec le préfet, ils ont rendu public un communiqué qui leur a été envoyé . Dans un "souci d’apaisement", le préfet propose ainsi un "cadre de résolution globale de la situation", qui comprend "un gel du processus d'expulsion et de déconstruction des deux maisons à Saint-Jean du Tertre et à la Freusière pour la durée du traitement des contentieux en cours sur le futur aéroport". L’Etat annonce en outre la "mise sous-cloche des maisons venant à se libérer de leurs occupants légaux sur même durée, c’est-à-dire la non-déconstruction des maisons et l'absence de leur occupation illégale." Pour les opposants, c’est "une belle victoire pour l'ensemble du mouvement."
 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter