Notre-Dame-des-Landes : les pro-aéroport demandent l’évacuation de la Zad

Notre-Dame-des-Landes : les pro-aéroport demandent l’évacuation de la Zad

DirectLCI
POLEMIQUE – Les partisans du projet de nouvel aéroport lancent la contre-offensive, après les violences survenues dans le centre de Nantes samedi. Ils demandent l’évacuation de la zone du futur aéroport pour que le "premier coup de pioche soit donné avant le printemps".

"C’est triste, mais on n’est pas surpris. C’était prévisible." Après les violences survenues dans le centre de Nantes en marge de la manifestation anti-Notre-Dame-des-Landes , les pro-aéroport lancent la contre-offensive. Pour l’association des Ailes pour l’Ouest, qui regroupe 4 000 adhérents soutenant la future infrastructure, les faits ont "permis de démontrer la vraie face des opposants."

"Depuis un certain nombre de mois, les violences s’enchaînent de la part des Zadistes [les opposants qui occupent la zone du futur aéroport, ndlr], contre les habitants et les exploitants, mais aussi contre les entreprises, le laboratoire d’étude Biotope, la CGPME", dénonce Alain Mustière, le président.

"Les gens prennent conscience des contre-vérités qu'on leur assène"

Et pour les pro-aéroport, cette "violence continue" n’est pas que le fait de quelques individus. "Les Zadistes sont alimentés par les opposants officiels. Il y a une alliance objective. La principale association, l’Acipa, appelle ainsi sur internet à l’occupation des lieux de pouvoir, de la préfecture, des permanences du PS et le blocage des routes en cas de début des travaux." Pour Alain Mustière, ces faits traduisent l’état "d’une zone de non droit, d’une situation insurrectionnelle".

Mais les violences de samedi permettent surtout de lever le voile sur "les mensonges grossiers qui ne cessent d’être avancés" : "A chaque fois, les opposants martèlent des contre-vérités. De hauts responsables politiques, comme l’EELV Jean-Vincent Placé déclarent que l’aéroport coûtera 1 milliard d’euros aux contribuables, au lieu de 130 millions d’euros. Ils affirment que la Chambre de commerce ou le président de Région de Vendée sont contre. Tout cela est faux. Mais aujourd’hui, on sent que les gens, auparavant neutres, prennent conscience de ces mensonges."

"Le premier coup de pioche doit être donné avant le printemps"

Pour les pro-Notre-Dame-des-Landes, la solution est claire : "Nous demandons à l’Etat de prendre ses responsabilités. On sait que l’aéroport de Nantes-Atlantique, avec la croissance qu’il a, ne peut rester où il est, coincé entre une zone Natura 2000, le périphérique et la ville. "

Jean-François Gendron, président de la CCI Nantes-Saint-Nazaire, va dans le même sens. "Il faut absolument chasser les Zadistes. C’est le seul prétexte qui empêche aujourd’hui le début des travaux de l’aéroport. Ils sont pour la plupart étranger au département, voire au territoire français", explique-t-il, appelant l'Etat à "avoir la main ferme pour que le premier coup de pioche soit donné dès que possible, avant le printemps. Il ne faut pas laisser perdurer cette zone de non-droit, et avoir le courage de faire ce qu’il faut."
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter