Nouvelle déconvenue judiciaire pour le FC Nantes

Nouvelle déconvenue judiciaire pour le FC Nantes

DirectLCI
JUSTICE – Le club réclamait la récusation de l’expert qui avait déclaré son ancien joueur Michael Gravgaard « apte » à la pratique du football professionnel… Désormais, celui-ci va pouvoir se tourner vers les prud’hommes, où il compte réclamer 1,5 million d’euros d’indemnités au FCN.

La justice ne fait décidément pas de cadeau au FC Nantes. Dans un arrêt rendu jeudi, la cour administrative d’appel (CAA) de Nantes a donné tort au club, dans le litige qui l’oppose à son ancien joueur Michael Gravgaard . Recruté en 2008 pour plus de 3 millions d'euros à l'occasion de la première remontée du club en Ligue 1 , cet ancien international danois souvent blessé avait été licencié pour "inaptitude physique" avant le terme de son contrat. Seulement voilà : Jacques Carzon, l’expert parisien mandaté par la justice, l’avait finalement déclaré parfaitement "apte" à la pratique du football professionnel…

Pour le FC Nantes - qui réclamait la récusation de cet expert et la nomination d'un autre - l'enjeu était d'importance : désormais, plus rien ne s’oppose à un procès aux prud’hommes pour Michael Gravgaard. Or, celui-ci compte y réclamer 1,5 millions d’euros d’indemnités, selon son avocat !

"Inimitié notoire" entre les deux médecins

Le FCN avait justifié sa demande de récusation par "l'inimitié notoire" entre cet expert et le médecin du club, comme il l'avait fait une première fois - en vain - devant le tribunal administratif. Mais cet argument avait de nouveau été balayé le 3 avril, lors de l'audience, par le rapporteur public de la CAA : selon lui, il n’y avait "pas de raison sérieuse de mettre en doute l’impartialité" de Jacques Carzon. Cette procédure n'était d'ailleurs qu'un prétexte pour "retarder le procès aux prud'hommes", avait estimé en marge de l'audience l'avocat du joueur, Romuald Palao.

Cette nouvelle décision de justice défavorable au FC Nantes vient s’ajouter à celle prononcée, la semaine dernière, dans le cadre de l’affaire Abdoulaye Touré : le juge des référés avait rejeté la procédure d’urgence du club pour récupérer les trois points du match contre Bastia, perdus sur tapis vert pour avoir aligné ce joueur suspendu. L’affaire sera réexaminée sur le fond courant juin par le tribunal administratif de Nantes.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter