Nucléaire : Fessenheim totalement à l'arrêt pour maintenance

FRANCE

ÉNERGIE - La centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) est totalement stoppée depuis samedi, et pour plusieurs semaines, a annoncé EDF : son réacteur numéro 1 doit subir une opération de maintenance, tandis que le numéro 2 est déjà à l'arrêt en raison d'une anomalie.

La plus vieille centrale nucléaire de France est à l'arrêt. Une fermeture momentanée ? EDF l'assure : "Le réacteur numéro 1 est stoppé depuis vendredi soir minuit, et pour plusieurs semaines. Cela permettra aux équipes de renouveler une partie du combustible contenu dans le réacteur et de réaliser des activités de contrôle et de maintenance dans les parties nucléaires et non nucléaires des installations". Quant au réacteur numéro 2, il a été stoppé en juin 2016, et au moins jusqu'à début 2018, en raison d'une anomalie détectée sur un générateur de vapeur.

Pour autant la fermeture définitive de Fessenheim, exploitée depuis 1978 en Alsace, est un vieux serpent de mer. Promesse de campagne de François Hollande en 2012, elle a longtemps été débattue, planifiée, puis repoussée à de multiples reprises. Prochaine date fixée : 2019,  au moment de la mise en service du réacteur de nouvelle génération EPR de Flamanville (Manche). Une perspective confirmée par le gouvernement d'Emmanuel Macron mais contestée par des élus régionaux et les syndicats d'EDF.

Lire aussi

En vidéo

Fessenheim : la centrale en sursis

Pénurie énergétique ?

En 2016, la centrale de Fessenheim a produit 8,4 milliards de kWh, soit "environ 65% de la consommation d'électricité alsacienne", selon des données fournies par EDF. Cet aspect est régulièrement mis en avant par les défenseurs de la centrale, qui mettent en garde contre une situation de pénurie énergétique en cas de fermeture définitive.

A l'inverse, les militants anti-nucléaire - vent debout depuis des décennies contre une centrale qu'ils considèrent comme vétuste et dangereuse - s'appuient sur les fréquents arrêts des réacteurs pour affirmer qu'une fermeture ne mettrait pas en danger l'approvisionnement énergétique du Grand Est, ou de la France en général.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter