Obligée de détruire sa maison... parce qu'elle fait de l'ombre à sa voisine

France
DirectLCI
Construite en 2011, la maison de Sarah entraînerait une perte d'ensoleillement majeure chez sa voisine. Elle a jusqu'à dimanche pour la démolir, sous peine de devoir payer 50 euros par jour. Son seul recours : faire appel au refus de prolongation. Le combat de cette aide-soignante, veuve et mère de deux enfants, a d'ailleurs ému ses amis et ses proches. Une pétition de soutien, lancée il y a peu, a recueilli pas moins de 4.000 signatures.

Sur le même sujet

Lire et commenter