OGC Nice – AS Monaco : le match dans le derby

OGC Nice – AS Monaco : le match dans le derby

DirectLCI
FOOTBALL – A l’occasion du derby de la Côte-d‘Azur entre l’OGC Nice et l’AS Monaco, vendredi à 20h30 au stade Allianz Riviera, metronews passe au crible les forces et les faiblesses de chaque club.

LA SERIE QUI VA BIEN : avantage Nice
Les Aiglons n’ont plus perdu depuis six matches consécutifs. Revers de la médaille : ils n’ont plus marqué depuis trois parties. Pendant ce temps Monaco, qui possède la deuxième défense du championnat, a eu des résultats en dents de scie avec trois victoires, un nul et deux défaites, dont un revers fâcheux, à domicile, lors de la demi-finale de la Coupe de la Ligue face à Bastia.


SANG NEUF : avantage Monaco
Le club de la principauté s’est renforcé durant le mercato hivernal avec l’arrivée d’Alain Traoré (26 ans), prêté par le FC Lorient et du Brésilien Matheus (22 ans) débarquant de l'Atletico Barra da Tijuca. L’ASM a également signé le transfert définitif de Bernardo Silva mais a perdu Lucas Ocampos prêté à l’OM. Pour les Niçois, le mercato d’hiver laisse un goût amer avec la saga Hatem Ben Arfa non qualifié, par les instances du foot, pour avoir évolué dans trop de clubs cette saison. Un coup dur à l’OGCN qui a vu partir son buteur argentin Dario Cvitanich.


RETOUR DANS LE PASSE : match nul
En Ligue 1 depuis 1954, Nice a accueilli Monaco à 43 reprises. Les deux clubs ont remporté le match seize fois chacun pour onze nuls. Ils ont également passé le même nombre de saisons en élite : 56 précisément ! Pour les départager cherchons la petite bête : les Aiglons ont marqué, chez eux, 54 buts contre 52 pour leurs visiteurs… En revanche, leur dernière confrontation à l’Allianz Riviera, le 3 décembre 2013, a nettement tourné à l’avantage des Monégasques vainqueurs 3-0 grâce à des buts de Rodriguez, Rivière et Ocampos. Trois joueurs partis voir ailleurs cette saison…


LES TROPHEES EN OR QUI BRILLENT : avantage Monaco

L’OGCN a remporté trois coupes de France et a été quatre fois champions de Ligue 1 (le dernier en 1959, on parlait de première division). Les Niçois ont aussi atteint les quarts de finale de la Coupe des Champions. Mais l’ASM fait plus fort en étant sept fois lauréat de la Ligue 1. Dans sa vitrine, il y a aussi cinq coupes de France, une coupe de la Ligue, quatre trophées des champions. Et personne n’a oublié la saga de ce club, alors entrainé par Didier Deschamps, lors de la ligue des champions 2004 qui s’était terminée par une défaite en finale face au FC Porto (0-3).

LE DOUZIEME HOMME : avantage Nice
Côté supporters, il n’y a pas photo. Les Niçois et leurs bouillants fans (dont les ex de la BSN 85 dissoute en 2010) savent mettre de l’ambiance. En 2013, ils étaient en moyenne 24 186 spectateurs à venir voir jouer les aiglons, soit la 7ème meilleure affluence du championnat de L1 selon la LFP. L’an dernier, les joueurs de la Principauté ont été encouragés par 8 906 personnes au stade Louis II (19ème sur 20). Du côté des stades, l’Allianz Riviera (35 000 places), flambant neuf, est considérée comme l’une des plus belles enceintes françaises. Il n’a qu’une faiblesse : sa pelouse souvent changée et pas vraiment au niveau.


STRASS ET PAILLETTES : avantage Monaco
Avec ses 130 à 170 millions d’euros de budget annuel selon les sources, l’AS Monaco (qui refuse de communiquer sur le sujet) se situe dans la cour des grands, loin derrière le PSG cependant. Après deux premières saisons tonitruantes avec des transferts spectaculaires, son propriétaire le milliardaire Russe Dmitri Rybolovlev semble freiner les dépenses. A l’OGCN, le budget est de 40 millions d’euros cette saison. Dérisoire ? Sans doute sur le papier, mais le club niçois, présidé par l’entrepreneur Jean-Pierre Rivère, grandit doucement et tente le pari de la stabilité. Il joue depuis 2013 dans un stade flambant neuf. En attendant la construction, dans les prochaines années, d’un spectaculaire centre d’entraînement et de formation, dont le projet a été présenté en grandes pompes en avril dernier.


LE TEMPS DE TRAVAIL DU MOIS : avantage Nice
Avec ce derby, les joueurs monégasques vont jouer leur cinquième match de février à seulement cinq jours d’un huitième de finale de Ligue des champions à l’Emirates Stadium face à Arsenal. Ils ont malgré tout pu recharger les batteries, le week-dernier, puisque leur rencontre à domicile face à Montpellier a été annulée en raison de la pluie. Les Aiglons ont un calendrier plus "light". Ce sera seulement leur troisième rencontre du mois…

 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter