Ondes électromagnétiques : un danger pour la mémoire des enfants ?

FAMILLE
DirectLCI
SANTÉ - Les ondes électromagnétiques sont partout et tout le temps. Mais quels impacts ont-elles sur le développement des enfants dont la boîte crânienne est plus fine ? Une question que les parents sont de plus en plus nombreux à se poser.

Le babyphone est posé sur la table de chevet. Quoi de plus rassurant pour des parents inquiets du sommeil de leur petit dernier. Pendant ce temps-là, les deux aînés s’amusent, dans un calme olympien, avec leur tout nouveau joujou connecté au salon. Leur grande sœur, quant à elle, a les yeux rivés sur l’écran de son téléphone portable, qu’elle vient d’obtenir et dont elle découvre avec bonheur les plaisirs de l'usage solitaire.


Bien que fictif, pour bon nombre de parents, ce scénario n’est pas si éloigné de la réalité. Et c’est justement cet "usage précoce des dispositifs radioélectriques par les enfants et la longue exposition qui en résultera une fois adultes"qui a conduit, il y a maintenant deux ans, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) à se pencher sur les conséquences que cela pouvait avoir en matière de santé.

Des effets possibles sur les fonctions collectives

Les conclusions de ce rapport d'expertise, sans être inquiétantes, ne permettent malheureusement pas de lever tous les doutes, car le sujet est loin d'avoir été suffisamment exploré, souligne l’Agence. "Les enfants forment (…) une population particulièrement sensible en raison notamment du fait qu'ils sont en cours de développement de leurs organes et de leurs fonctions physiologiques", peut-on lire dans ce rapport.


La première "conséquence possible de l'exposition" aux radiofréquences concerne "le bien-être des enfants" et surtout "leurs fonctions cognitives (mémoire, fonctions exécutives, attention…), souligne l'Anses. Cependant, précise l'Agence, la littérature scientifique internationale "ne permet pas de conclure à l'existence ou non d'effets des radiofréquences chez l'enfant sur le comportement, les fonctions auditives, le développement, le système de reproduction, le système immunitaire et la toxicité systémique ni d'effets cancérogènes ou tératogènes".

Un "usage modéré" et recours à un kit main-libre

L’Anses demande à ce que l'ensemble des dispositifs radioélectriques, notamment ceux destinés aux enfants, soient soumis aux mêmes obligations (contrôles, niveaux d'exposition et information) que les téléphones. Elle insiste aussi pour que les valeurs limites d'exposition réglementaires soient établies en fonction "des conditions raisonnables d'utilisation des appareils". L'agence suggère que les normes en vigueur soient réévaluées. Sauf que deux ans après, rien n'a été mis en oeuvre dans ce sens. Enfin, pour ce qui est des téléphones mobiles, l'organisme public invite les parents à réduire l’exposition de leurs progénitures, en préconisant un usage modéré et en privilégiant le recours au kit mains-libres. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter