Opération séduction pour attirer les touristes britanniques

FRANCE

TOURISME - Les Pays de la Loire, la Bretagne et la Normandie partent à la reconquête de la clientèle britannique, qui a tendance à déserter le Grand Ouest. Pour y remédier, des actions ont été mises en places... et semblent déjà porter leurs fruits.

Il faut faire les yeux doux aux Britanniques ! C’est le mot d’ordre lancé par les Pays de la Loire, la Bretagne et la Normandie. Les trois Régions ont mis en place un plan de reconquête de la clientèle anglo-saxonne.

Il y a trois ans, les professionnels du tourisme ont en effet constaté que le Grand Ouest, jusque-là très prisé par la clientèle britannique, avait perdu 800 000 nuitées depuis 2008. Un constat plutôt inquiétant alors que, dans les Pays de la Loire, les visiteurs d'outre-Manche représentent 45% des visiteurs internationaux et 48% des nuitées sur le littoral. La crise économique de 2008 explique notamment cette désaffection. "Il y a aussi eu le développement de destinations concurrentes, moins chères, comme l’Espagne, l’Italie, la Turquie", note Sophie Saraminto, vice-présidente des Pays de la Loire.

"Redonner envie"

Pour inverser la tendance, les trois régions du Grand Ouest ont signé il y a trois ans un programme d’actions pour "remobiliser l’attention et l’envie de la clientèle britannique de  revenir chez nous", indique Sophie Saramito. Une vingtaine de partenaires, parmi lequels la compagnie Britanny Ferries, se sont ainsi associés. "85% de nos passagers sont britanniques, 20% vont en Pays de la Loire", rappelle Christophe Mathieu, directeur du Pôle stratégie à la Brittany Ferries.

Un travail de fond sur la qualité de l'offre

Ainsi, 3 millions d’euros ont été investis dans des campagnes de communication bien ciblées. "66% Britanniques sont déjà venus, souvent quand ils étaient petits. On a joué sur l’aspect nostalgie pour les attirer… ", indique Christophe Mathieu. La qualité de l’accueil sur place a aussi été repensée, au travers de guides, de chartes et de sessions de formation destinées aux hébergeurs. L'objectif est également d'aider ces derniers à mieux maîtriser les outils Internet.

Par ailleurs, des initiatives locales, comme la dégustation de produits du terroir lancée dans plusieurs offices de tourisme de Mayenne. Un volet intelligence économique est aussi mise en place, avec des études et documents à disposition permettant de mieux cerner les profils et attentes de la clientèle.

Le premier bilan est positif : 400 000 nuitées par an ont été comptabilisées sur les trois régions. En Pays de la Loire, la clientèle britannique a augmenté de 9% en 2013. Ce plan d'action vient d’être reconduit pour les trois prochaines années. "On va continuer à travailler sur l’offre, mais aussi mettre l’accent sur le digital", indique Sophie Saramito.

Lire et commenter