Ouest : le FN confirme son ancrage, les Verts s'effondrent

FRANCE

ELECTIONS - 19, 63% pour l’UMP, 19, 30% pour le FN et 15,62% pour le PS… La circonscription Ouest est l'une des seules à ne pas avoir placé le FN en tête aux élections européennes. Reste que le parti de Marine Le Pen gagne du terrain dans ces terres, traditionnellement ancrées à gauche, où il réalise des scores jusqu'ici jamais atteints.

"Une alarme", pour Jacques Auxiette président des Pays de la Loire. "Un choc pour les Républicains", estime la maire de Nantes, Johanna Rolland… Même si l’Ouest est l'une des seules circonscriptions à ne pas avoir placé le FN en tête aux élections européennes , les élus expriment leur inquiétude au lendemain du scrutin. Le parti de Marine Le Pen atteint en effet des scores records.

L’UMP grand gagnant ?

En tête (19, 63 %), la liste UMP obtient trois sièges au Parlement. La tête de liste Alain Cadec, eurodéputé et ancien adjoint à la mairie de Saint-Brieuc, a pourtant eu le triomphe modeste, disant simplement sa "grande satisfaction". Le parti enregistre en effet une grosse baisse : il y a cinq ans, la liste conduite par Christophe Béchu, aujourd’hui maire d’Angers, obtenait plus de 27 % des voix. Surtout, l’UMP est talonné par le FN, qui recueille 19, 30 % des voix. "La montée du FN doit tous nous remettre en cause, à gauche comme droite", a déclaré Alain Cadec. Il siégera aux côtés d’Elisabeth Morin-Chartier, 67 ans, représentante de la région Poitou-Charentes, qu'elle a présidée de 2002 à 2004, et de Marc Joulaud, 46 ans, maire de Sablé-sur-Sarthe.

Le FN continue de s’ancrer…

C’est une première "historique" : ils seront désormais deux élus frontistes à représenter l’Ouest : Gilles Lebreton, 55 ans, professeur de droit à l’université du Havre, et Joëlle Bergeron, élue conseillère municipale à Lorient. Si les grandes métropoles, à l'image de Nantes et Saint-Nazaire, ont placé le PS en tête, le FN obtient des scores inédits dans ces terres traditionnellement à gauche. Ainsi, en Loire-Atlantique, 128 communes sur 221 l’ont placé en tête. Et l’ancrage est fort : le FN n’avait obtenu que 3,06 % des voix en 2009, même si la liste souverainiste de Philippe de Villiers (10, 27 %) avait empiété sur cet électorat.

Douche froide pour les Verts

Le PS  - qui détient les Régions Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes - emmené par la conseillère régionale malouine Isabelle Thomas, se contente de la troisième place. La baisse est cependant limitée, avec 15,62 % des votes, contre 17, 29 % en 2009. Les socialistes conservent donc leurs deux sièges au Parlement. C’est en revanche la débandade pour la liste Europe écologie-Les Verts, conduite par Yannick Jadot, qui arrive quatrième (10, 3 %, contre 16, 65 % en 2009) et perd au passage un siège. Enfin, la liste d’union UDI-Modem réalise un score en hausse par rapport à 2009, passant de 8 à 12 %. Jean Arthuis, sénateur et tête de liste, devient eurodéputé.

Lire et commenter