Pacte métropolitain : qu’est-ce que ça change pour les habitants ?

Pacte métropolitain : qu’est-ce que ça change pour les habitants ?

France
DirectLCI
POLITIQUE – Le 1er janvier, plusieurs équipements touristiques et sportifs vont passer sous la tutelle de Nantes métropole. L’agglomération enrichit en effet ses champs d’actions, et acquiert de nouvelles compétences. Explications.

Il ne faudra plus dire le Château "de Nantes"… mais "de Nantes métropole". Au 1er janvier 2015, l'agglomération aura des pouvoirs et des compétences élargies. Dans ce but, un nouveau "Pacte métropolitain", est voté ce lundi en conseil communautaire . Explications.

Qu’est-ce qu’il se passe ?
Au 1er janvier prochain, les 24 communes de Nantes métropole vont s'emparer de plusieurs dossiers auparavant gérés par les villes. Ainsi, plusieurs équipements culturels comme le Musée des Beaux-Arts, le muséum d’histoire naturelle, musée Jules-Verne, le Planétarium ou encore le Château des ducs vont passer sous la tutelle de Nantes métropole. Même chose pour des lieux sportifs, comme le stade de la Beaujoire, le palais des sports de Beaulieu ou encore la patinoire de Nantes-Rezé.

Pourquoi ce pacte ?
Johanna Rolland, maire de Nantes, le rappelle : "Un certain nombre d’équipements, comme le Château, ont une vocation communautaire : ils ne sont pas fréquentés que par des Nantais, mais par toute l’agglomération." Logique, donc, que les charges et les recettes soient alors partagées. Cette mutualisation des moyens traduit aussi une ambition, celle d’accroître l’attractivité et le rayonnement de la ville, avec un soutien accru à certains champs : sport, culture, mais aussi accompagnement des entreprises et développement économique à l'international.

Qu’est-ce que ça change pour les habitants ?
D'abord, plus de lisibilité. Des tarifs communs vont être appliqués pour les 600.000 habitants. En effet jusque-là, deux politiques de prix étaient pratiquées entre Nantais et habitants du reste de la métropole : les écoliers de la cité des ducs inscrits à des ateliers aux Beaux-Arts ou au Château payaient 3 euros, contre 6 pour leurs collègues non-Nantais.

Toujours dans cette optique "d’efficacité et de proximité", Nantes métropole entend financer des crèches intercommunales d’entreprises, à la fois pour favoriser le développement économique de la métropole, et aider à concilier vie personnelle et professionnelle.

Le nouveau pacte permettra, enfin, une plus grande solidarité avec les petites communes : elles bénéficieront notamment d’une dotation de solidarité, fondée sur le revenu moyen par habitant. Elles pourront aussi, via des fonds de concours, s’unir pour bénéficier d’aides sur des dossiers ou projets (comme le matériel informatique ou des salles de sport), impossibles à porter seules.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter