Parking à Cap 3000 : quand les clients passent à la caisse

Parking à Cap 3000 : quand les clients passent à la caisse

France
DirectLCI
Reportage – La chasse aux squatters s’est ouverte ce mardi matin sur le bitume du centre commercial de Saint-Laurent-du-Var. L’accès au parking est désormais tarifé. Du côté des clients, c’est la satisfaction qui prédomine malgré quelques interrogations.

"Il y a moins de monde que d’habitude", remarque Karine, 43 ans. Elle est arrivée sur les coups de 10 heures pour son rendez-vous avec sa coiffeuse. Comme tous les clients de Cap 3000 à partir de ce mardi, elle bénéficiera de deux heures de parking gratuites. Passé ce délai, elle devra s’acquitter d’un ticket de stationnement de trois euros de l’heure sauf si elle achète pour 50 euros dans les magasins. Si c’est le cas, elle aura droit à deux heures gratuites supplémentaires.

Un changement qui ravit Monique, 70 ans. "C’est très bien pour empêcher les squatters de s’installer. Je ne compte même plus le nombre de fois où j’ai dû patienter plus de vingt minutes en double file à attendre qu’une place se libère". Il y aurait en effet environ 500 véhicules statiques tous les jours sur un parking qui compte 2 800 places.

"Ça peut être vite la pagaille"

Autour de l’aire de stationnement, des artisans s’attèlent à condamner les voies de libre accès en soudant les barrières. Armand se définit comme un motard dans l’âme. Il est allé interroger la sécurité pour savoir ce qu’il en était des deux-roues. "On m’a répondu qu’on était logé à la même enseigne que les automobilistes.

Ça ne me dérange pas à la condition qu’ils nous mettent à disposition de vrais espaces de stationnement couverts", confie-t-il. Anny et Daniel, un couple de retraités, quittent les lieux les sacs en main. "Je me demande comment ça se passera au niveau de la sortie du parking. Avec leur histoire de ticket qu’on doit récupérer à la réception pour pouvoir l’insérer dans les bornes, ça peut être vite la pagaille", expose Daniel qui s’attend à de nombreux embouteillages aux heures de pointe.
 

Sur le même sujet

Lire et commenter