Peine alourdie pour l'agresseur des pompiers

Peine alourdie pour l'agresseur des pompiers

JUSTICE – L'homme soupçonné d'avoir été mêlé à une altercation avec des soldats du feu en intervention a écopé d'un an de prison avec sursis en plus.

Verdict aggravé pour l'agresseur des pompiers. Le jeune homme de 21 ans, accusé d'avoir molesté trois pompiers venus secourir une femme victime d'un malaise en août 2013 dans le quartier de La Reynerie, a été condamné à trois ans de prison avec sursis dont deux ferme. Initialement, le père de famille avait écopé le 16 octobre dernier de deux ans de prison ferme par le tribunal correctionnel.

L'altercation entre le prévenu et les pompiers avait dégénéré en un attroupement d'une trentaine de jeunes gens très agressifs, au point que les soldats du feu avaient été contraints de rebrousser chemin sans porter secours à la septuagénaire en détresse respiratoire. Mais ce cuisinier de profession avait décidé de faire appel de ce premier jugement. Le 26 décembre, il avait reconnu devant la cour d’appel avoir insulté, molesté et menacé de mort un des pompiers. Il assurait en revanche que les trois pompiers n'avaient pas actionné leur gyrophare et qu'il ignorait le caractère urgent de leur intervention.

"Ça fait trop pour moi !"

"Je trouve que j'ai trop pris. Ça fait trop pour moi ! On m'a mis tous les chefs (de prévention) sur le dos parce que j'étais tout seul dans le box", avait-il déclaré. La juridiction a finalement décidé d'aggraver sa peine de première instance d'un an de prison avec sursis.

Et l'a également condamné à verser au SDIS (Service départemental d'incendie et de secours) de la Haute-Garonne 38 000 euros pour les dégâts matériels sur le véhicule d'intervention, des frais médicaux ainsi que des salaires des secouristes pendant leur arrêt de travail.  

Les articles les plus lus

Reconfinement : Emmanuel Macron temporise, les scénarios des prochains jours

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

EN DIRECT - Covid-19 : "L'augmentation du variant anglais sur le territoire se confirme", indique Olivier Véran

VIDÉO - Moins cher qu'un Ehpad : ces Français passent leur retraite dans un 4 étoiles en Tunisie

Écoles ouvertes, vacances : Jean-Michel Blanquer défend le statu quo

Lire et commenter