"Personne ne réagissait à mes appels" : la victime de l'agression du métro lillois témoigne

"Personne ne réagissait à mes appels" : la victime de l'agression du métro lillois témoigne
FRANCE

TEMOIGNAGE – Dans une interview donnée à Europe 1, l'étudiante de 18 ans, qui s'est faite tabassée par trois filles, le 2 octobre à la station Croix-Mairie, près de Lille, s'explique. Malgré ses appels au secours, personne n'est venu l'aider, ce que confirment les caméras de surveillance. En avril, un événement similaire avait eu lieu dans le métro lillois.

"J’ai crié 'au secours' mais personne ne réagissait à mes appels". La jeune victime raconte son calvaire, dans une interview à Europe 1 . Rouée de coups sous les yeux de voyageurs impassibles, cette étudiante de 18 ans s’apprête à prendre le métro à la station Croix-Mairie, à Croix (près de Lille), le 2 octobre dernier. Mais une bande de filles tente de la racketter. Devant son refus, elle est violemment passée à tabac, sans que les autres voyageurs présents ne réagissent.

"J'ai bien vu qu'il y avait des gens qui étaient là, témoigne-t-elle. Je me suis vraiment sentie seule face à ces trois filles. Sur le coup, je n'ai pas compris. J'aurais bien aimé que quelqu’un me vienne en aide parce que j'avais la bouche en sang. J'étais paniquée, je pleurais, à ce moment-là j'étais perdue, déboussolée." Après deux jours d'incapacité totale de travail, la jeune femme, traumatisée, est désormais incapable de prendre le métro toute seule.

Les caméras confirment la passivité des voyageurs

Les caméras de surveillance confirment que personne n'a bougé, ni même appelé la police. De son côté la mère de l'étudiante estime "normal que ces gens soient réprimandés pour leur non-intervention" : "Tourner les yeux pour ne pas voir, ne pas entendre ce n'est pas une solution", a-t-elle déclaré à la radio. La police de Roubaix est chargée de l’enquête pour retrouver les trois agresseuses. Des images, qui ne permettent pas de les identifier formellement, ont été transmises aux différents services de police.

Ce n’est malheureusement pas une première dans le métro lillois. En avril, une femme avait été agressée sexuellement pendant une demi-heure par un individu alcoolisé , sous le regard indifférent des autres voyageurs. Le parquet avait, à l'époque, ouvert une enquête pour non-assistance en danger. Mais l'affaire avait été classée sans suite, car l’enquête n’avait pas permis d’identifier les personnes qui n'étaient pas intervenues pour aider la jeune femme.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent