Pic de pollution : où en est-on dans les autres villes ?

DirectLCI
ENVIRONNEMENT - Loin de se concentrer sur Paris et sa banlieue, une vague de pollution s'est également étendue à plusieurs régions de France. Petit tour d'horizon des principales villes touchées par ce pic.

Alors que la région parisienne subit actuellement son pire épisode de pollution hivernale depuis dix ans, Paris a mis en place un dispositif de circulation alternée. Mais si la vague de particules fines touche particulièrement la capitale, elle n'épargne pas les différentes régions de France. 

Un pic de pollution sévit depuis lundi à Lyon et dans les zones urbanisées des Alpes. Les nuages de particules fines se sont étendus mardi à la vallée du Rhône et à l'ouest de l'Ain, placés eux aussi en niveau alerte 1. Cet épisode est d'abord lié à l'utilisation accrue de chauffages d'appoint ou à bois face aux températures hivernales, mais il tient aussi au trafic routier, précise dans un communiqué Air Rhône-Alpes, l'organisme chargé de la surveillance de la qualité de l'air dans la région.


Aucune amélioration n'est attendue pour ce mercredi 7 décembre. Selon l'organisme, "la qualité de l'air devrait rester médiocre, voire mauvaise sur une large partie de la région". En conséquence, le préfet du Rhône a décidé "par anticipation" la mise en place de la circulation alternée à Lyon et dans la ville voisine de Villeurbanne à partir de vendredi. Une première dans la région. 

La région des Hauts-de-France subit un épisode de pollution aux poussières qui doit durer plusieurs jours. Depuis le 5 décembre, la concentration en particules fines (PM10) dans l’atmosphère a dépassé le taux réglementaire de 50 microgrammes par mètre cube (µg/m³) d'air. La ville de Lille est actuellement notée 8 sur une échelle de 1 à 10 mesurant la qualité de l'air (10 correspondant à "très mauvais").  


D’après les simulations réalisées par l’organisme Atmo de surveillance de la qualité de l’air, il faudra attendre le 8 décembre pour que le taux moyen mesuré repasse sous la limite des 50 µg/m³, soit la valeur recommandée par l’organisation mondiale de la santé (OMS).

La Gironde et les Landes connaissent également un pic de pollution. L’Airaq, l'organisme de contrôle de la qualité de l’air a lancé une alerte pollution pour la journée de ce mercredi 7 décembre en Gironde. L’association a constaté une hausse des particules en suspension durant la nuit, la poussant à relever l’indice de qualité de l’air à 8 (sur 10, mauvais) pour le département. La ville de Bordeaux comme Dax sont également notées 8


Selon le journal Sud-Ouest, ces conditions difficiles s’expliquent par l’absence de vent, combiné à un air frais et sec. La préfecture de Gironde devrait mettre en place dans la journée une procédure d’information et de recommandations. 

Atmo Midi-Pyrénées rapporte que des épisodes de pollution aux particules touchent également ce mercredi les départements de la Haute-Garonne, du Tarn et de la Garonne. L'indice de qualité de l'air a été évalué à 8 (sur 10, mauvais) dans les villes de Toulouse et Montauban.  L'organisme souligne cependant que la qualité de l'air "devrait être bon pour le reste de la région". 

Lire aussi

En vidéo

Pollution à Paris : la circulation alternée est-elle efficace ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter