Piétonisation des voies sur berge à Paris : un impact moins fort que prévu sur la circulation

Piétonisation des voies sur berge à Paris : un impact moins fort que prévu sur la circulation

ÉTUDE - Alors que le conseil de Paris doit voter lundi la piétonisation des voies sur berge, le Journal du Dimanche s'est procuré les premiers chiffres mesurant l'état du trafic routier au centre de la capitale. Et c'est plutôt une bonne surprise.

Car le nœud du problème se situe bien là. Quelle conséquence la fermeture des voies sur berge rive droite peut-elle avoir sur le trafic routier, les temps de déplacement et les embouteillages ? Pour le savoir, le Journal du Dimanche s'est procuré le rapport mesurant l'état du trafic et les temps de parcours après la fermeture des quais bas rive droite. 

Ces données ont été rassemblées par le Direction de la Voirie et des Déplacements de la mairie. Elles comparent les trois premières semaines de septembre 2015 – quand la voie Georges-Pompidou était ouverte aux voitures, camions et deux-roues – avec les 21 premiers jours de septembre 2016, lorsque les quais bas sont restés fermés à la circulation après la fin de Paris plage.

Selon cette étude, le trafic va bien augmenter sur les quais, que se soit le soir ou le matin, les chiffres sont d'ailleurs clairement en hausse (de +73% à + 13% aux heures de pointe). Même chose sur le boulevard Saint-Germain, identifié comme l'axe principal de report, surtout le matin (+41%). Mais, et c'est la bonne surprise, le nombre de voitures est bien inférieur à celui prévu par l'étude d'impact (de -9% à -23%). Et cela a évidemment un effet positif sur la pollution de l'air, le bruit et au final la santé publique, autres chevaux de bataille des opposants.

"On pensait qu'il aurait fallu attendre 6 mois à un an avant de constater une adaptation des comportements des automobilistes. La publicité autour de la mesure, et même la polémique qui l'accompagne, a permis d'avertir les gens, qui ont déjà commencé à changer leurs habitudes", s'est confié l'entourage de la maire de Paris au JDD. 

Toute l'info sur

Les berges de Seine sans voiture : la polémique à Paris

Lire aussi

    Concernant les temps de parcours, globalement, ils sont plus longs mais sur des durées assez courtes : ainsi, il faut 20 minutes, au lieu de 11 mn, pour aller de la Concorde à Bercy via le boulevard Saint-Germain le matin. Mais sur ce même parcours, le soir, les conducteurs restent une minute de moins (21 mn) dans leur véhicule par rapport à l’an dernier.

    La fermeture définitive doit être validée lundi

    La fermeture définitive à la circulation sur les berges de la Seine doit être validée lundi au Conseil de Paris. Cela comprend un tronçon de 3,3 km, de l'entrée du tunnel des Tuileries dans le Ier arrondissement à la sortie du tunnel Henri IV, dans le IVe arrondissement. 

    Une décision qui suscite depuis des semaines la controverse, notamment du coté de la droite. Ainsi, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a estimé vendredi 23 septembre que  "Paris ne peut prendre des décisions brutales, sans une vraie concertation et sans tenir compte de l'impact sur la banlieue", affirmant que "sans des mesures compensatoires, nous risquons la congestion de la circulation à Paris, sur le périphérique et l'A86".

    Lire aussi

      Sur le même sujet

      Les articles les plus lus

      Vaccination en ville : on vous explique la colère de médecins généralistes contre la DGS

      Les Américains vaccinés peuvent se réunir sans masque : la mise au point du Dr Gérald Kierzek

      EN DIRECT - Covid-19 : le Spoutnik-V sera produit en Italie

      "C’est trop tard pour les nominations aux Oscars ?" : les tabloïds étrillent Meghan et Harry

      Zanzibar : cette destination paradisiaque où les restrictions sanitaires n'existent pas

      Lire et commenter