Policier blessé : le ras-le-bol de la profession

Policier blessé : le ras-le-bol de la profession
FRANCE

Près d'une semaine après la fusillade à Saint-Ouen au cours de laquelle un policier de la BAC a été grièvement blessé à la tête lundi dernier, la profession réclame plus de fermeté. Augmentation de la violence, détérioration du matériel et des locaux, besoins accrus depuis les attentats... le ras-le-bol des gardiens de la paix est alimenté par des conditions de travail de plus en plus difficiles. Détails.
Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent