Policier blessé : le ras-le-bol de la profession

Policier blessé : le ras-le-bol de la profession

Près d'une semaine après la fusillade à Saint-Ouen au cours de laquelle un policier de la BAC a été grièvement blessé à la tête lundi dernier, la profession réclame plus de fermeté. Augmentation de la violence, détérioration du matériel et des locaux, besoins accrus depuis les attentats... le ras-le-bol des gardiens de la paix est alimenté par des conditions de travail de plus en plus difficiles. Détails.

Les articles les plus lus

Cluster en Haute-Savoie : que faisait le groupe d'étudiants britanniques dans cette station de ski ?

"Même les enfants meurent maintenant" : le variant sud-africain du Covid incontrôlable dans le pays

EN DIRECT - L'institut Pasteur arrête son principal projet de vaccin, "pas assez efficace"

Maintien des écoles ouvertes, vacances scolaires... Les réponses de Jean-Michel Blanquer ce soir sur LCI

Ces Français qui prennent leur retraite dans un Ehpad 4 étoiles en Tunisie

Lire et commenter