Policier homosexuel dans les années 70... et forcé de démissionner

Policier homosexuel dans les années 70... et forcé de démissionner

DirectLCI
TEMOIGNAGE - Sortir du placard quand on est flic dans les années 1970, une démarche loin d’être évidente et qui pouvait à l'époque anéantir une carrière. C’est ce qui est arrivé à l'ancien flic lyonnais Michel Lapierre, qui témoigne dans son livre "Le droit à l’indifférence", coming out chez les flics.

Dans les années 70, il ne fait pas bon être flic et homosexuel, même si Mai-68 est passé par là… A 66 ans, Michel Lapierre, ex-policier viré pour homosexualité, souhaitait prendre sa revanche et témoigner sur ces années difficiles. Son livre, Le droit à l’indifférence, coming out chez les flics, sort en ce début d’année aux éditions Michalon. La carrière de ce policier débute en 1971, lorsqu’il réussit à intégrer la police à la faveur de recrutements massifs.

A ses débuts au sein de la PJ  de Lyon, le jeune homme décide de cacher son homosexualité et préfère jouer les gros bras et les boute-en-train. Ce n’est qu’une fois bien intégré et en poste à Annecy qu’il se confie à quelques collègues, qui ne paraissent pas choqués. "J’ai baissé la garde, j’ai parlé en confiance et ça a fini par se savoir", témoigne l’ex-policier.

Convocation et démission forcée

Un jour, son patron le convoque. "P’tit, j’ai appris que t’étais pédé", lui lance-t-il, avant d’ajouter : "Tu serais marié et tu aurais des maîtresses je n’en aurais rien à foutre. Mais ça, je ne te le pardonne pas, tu me donnes ta démission". Michel Lapierre fait de la résistance mais doit vite céder face aux quolibets et aux sous-entendus, dans une atmosphère invivable. Il finit par quitter la police, après une mutation dans un secrétariat de Chambéry où le manque de terrain le rend fou.

Le point d’orgue, "l’hallali de sa carrière", selon ses mots, c’est lorsque son patron lui demande de restituer sa carte de police et qu’il découpe celle-ci à coups de ciseaux sous ses yeux. Une scène qu’il se remémore encore douloureusement. Aujourd’hui, l’association Flag ! apporte son soutien aux policiers et militaires homosexuels. Malgré tout, trois ou quatre cas de démission seraient encore dus à l’homophobie chaque année. "La plupart du temps, ça vient de l’environnement professionnel immédiat et du harcèlement quotidien. Il y a même eu deux suicides l’an passé".

>> Le droit à l'indifférence, coming out chez les flics, de Michel Lapierre, aux éditions Michalon. 256 pages. 17 euros.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter