Pour échapper à la justice, certains passeurs revendiquent des motivations humanitaires

DirectLCI
SEPT A HUIT. Interrogé par la police concernant le passage de cinq migrants de l'Italie à la France, à l'arrière de son fourgon à même le sol, un maçon explique qu'il ne fait pas cela pour l'argent et nie avoir demandé près de 50 euros à chaque clandestin. Afin de ne pas être poursuivis, les passeurs revendiquent souvent des motivations humanitaires.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter