Pourquoi le Var est-il si souvent inondé ?

Pourquoi le Var est-il si souvent inondé ?

France
DirectLCI
INTEMPERIE – Au cours de ces dernières années, le département du Var n’a pas été épargné par les inondations. Un phénomène lié aux épisodes pluvieux mais aussi à l’urbanisation empêchant l’écoulement naturel des cours d’eau.

C’est une constante. Après chaque phénomène météorologique exceptionnel comme les récentes pluies diluviennes dans le Var , les communes sont régulièrement inondées. De manière tragique parfois. Ce week-end, deux personnes sont décédées, piégées par les eaux. Plus dramatique en juin 2012, les inondations avaient fait 23 morts.

Des drames liés à des intempéries hors normes, précise René Jourdan, chef prévisionniste à Météo-France. "150 à 200 mm" de cumul de pluie ont été mesurés indique-t-il sur Hyères et le Lavandou ce week-end. A Collobrière, "nous sommes dans l’ordre de grandeur d’un phénomène qui a lieu tous les 20 ans", précise-t-il.

Urbanisation trop rapide

Certes la pluie a naturellement gonflé les cours d’eau pour les faire sortir de leur lit. Mais le débord de ces rivières, nombreuses dans le département, est aussi dû à l’action de l’homme sur le territoire. Dans un rapport sénatorial datant de septembre 2012, les parlementaires pointaient du doigt l’urbanisation extrêmement rapide de ces dernières décennies dans le Var qui a en partie ignoré la nature.

Certains cours d’eau ont par exemple été entièrement canalisés et les zones d’expansion, des zones où l’eau peut se déverser sur une zone non habitée, supprimées. Autre problème, les ponts et autre guets ont été sous-dimensionnés. En cas de crue, une zone d’obstacle peut se créer et une vague se déverse sur les habitations comme les habitants de la Londe-les-Maures ont pu tragiquement le constater avec la rivière du Pansard.

Quelles solutions ?

Depuis 1987, un plan de prévention des risques (PPRI) vise à évaluer les zones pouvant subir des inondations. Il propose des remèdes techniques, juridiques et humains pour y remédier. À ce titre, des maisons ont déjà été détruites et les personnes relogées.

Solution moins radicale, les habitants de certains quartiers comme celui de l’Oratoire en périphérie d’Hyères préconisent la mise en place de bassin de rétention pour évacuer les eaux en cas de crue. De son côté, l’association " Vivre installé au Val d’Argens " milite, elle, pour la mise en place de buses à la hauteur des digues. Il s'agit d'un ouvrage qui laisse circuler l'eau sous une route, une voie ferrée ou une autre structure près d’une route côtière. Des travaux coûteux mais demandés depuis de nombreuses années.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter