Pourquoi une banale conversation avec sa mère peut virer au cauchemar ?

Pourquoi une banale conversation avec sa mère peut virer au cauchemar ?

PSYCHO – Metronews fait le tour de tous ces comportements qui vous tapent sur le système chez les autres... mais aussi chez vous. Appelés à la rescousse, des experts vous expliquent le comment du pourquoi. Enfants, vie quotidienne ou en voiture, tout y passe.

Combien de fois au détour d'une banale conversation téléphonique avec maman, je me suis retrouvée avec la furieuse envie de lui raccrocher au nez. C'est simple, il suffit que je lui raconte que j'ai tenté une nouvelle approche avec Jules ou que j'ai twisté une de ses recettes pour regretter amèrement le choix de  mon sujet de conversation. Je devrais sans doute faire une liste des sujets à proscrire...

Brigitte Allain-Dupré, psychologue clinicienne, psychanalyste et auteur de Guérir de sa mère (Eyrolles), décrypte en trois points ces pénibles moments de solitude.

► Ce qui se passe
"La différenciation entre la mère et la fille provoque des conversations qui dégénèrent, à l’image d’une fille expliquant à sa mère qu’elle est contente d’une chose qu’elle a faite et souhaitant le partager avec elle. Mais à travers cette expérience, la mère, inconsciemment, sent que sa fille lui échappe, qu’elle n’est pas comme elle et c’est ça qui provoque la crise. Heureusement, toutes les conversations ne tournent pas forcément au cauchemar. Néanmoins, il arrive souvent qu’une fille appelant pour prendre des nouvelles, raccroche frustrée. Après avoir écouté sa mère patiemment, la fille se rend compte qu’elle ne lui a même pas demandé, et toi comment ça va ? Le cauchemar dans le cadre d’une conversation banale peut donc venir de cette nécessité de la part de la mère à reconnaître l'altérité de sa fille", analyse Brigitte Allain-Dupré.

Je ne compte plus le nombre de fois où ma mère me reprend parce que je ne fais pas les choses comme il faut. En fait, juste pas comme elle !

► Ce que l’on ressent
"Quand, à l’âge adulte, un sujet anodin provoque des tensions, c’est bien que la position intérieure de la mère nourricière, celle qui sait tout, n’a pas pu se transformer en une position plus modeste. Il y a cette nécessité pour elle de se prendre pour le critère de base de la vie de ses enfants. Je défends beaucoup les mères, car le travail à accomplir doit les amener à passer de l’omnipotence dont le bébé a besoin à cette position de modestie et de recul nécessaire à mesure qu’il grandit pour lui laisser l’espace de ses choix, de ses goûts, s’avère rude", reconnaît l’auteure.

C’est sûr à 48 ans, je ne suis plus un bébé, mais ma mère ne le sait pas.

 Comment s’en sortir
"La fille va devoir penser la position de la mère comme n’étant pas toute puissante. Elle devra élaborer de la différence. En somme faire du tiers. Concrètement, c’est exprimer le fait qu’elle ne fasse pas comme sa mère tout en l’invitant à donner son avis. Ainsi, au lieu de faire de l’emboîtage, on fait du ping-pong avec cette fois, la notion d’échanges. C’est l’élaboration de la pensée de la fille qui fait du tiers, car je dis toujours qu’il ne faut pas demander aux mères de changer. C’est aux filles de savoir faire avec. Ainsi, on sort de la réactivité émotionnelle pour devenir proactive, et de se poser la question, comment puis-je faire pour…? C’est souvent au moment de la maternité, quand elles deviennent mère comme leur mère, que l’élaboration de la pensée se met en place."

"A ce moment précis, quelque chose se pacifie entre elles. A condition toutefois que la mère ne soit pas trop intrusive quand même. La raison est due au fait que les filles avaient imaginé qu’elles feraient mieux que leur mère. Et là, elles se découvrent s’énervant sur leurs enfants. En découle une position d’humilité, qui fait réfléchir. Elles ne sont plus uniquement des filles et elles doivent assumer la double posture, d’être la fille de leur mère et la mère de leur fille", conclut la psychanalyste.

Vous souhaitez enfin avoir la paix ? Faites des enfants !!

À LIRE AUSSI
>>   Pourquoi ma fille de 9 ans se comporte-t-elle comme une ado de 17 ans ?
>> Retrouvez tous nos "Pourquoi ?"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Qui était Jean-Jacques Savin, décédé en voulant traverser l'Atlantique à la rame ?

Covid-19 : comment transformer son pass sanitaire en pass vaccinal ?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 390.000 cas positifs en 24h, nouvelle hausse des contaminations

"Plus de 50% de la viande consommée en France" est-elle halal ?

A l'hôpital, un quart des patients positifs au Covid-19 ont été admis pour un autre motif

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.