Près de 1500 clandestins interpellés cette semaine, du jamais vu dans les Alpes-Maritimes

FRANCE

INTERVIEW – Le préfet des Alpes-Maritimes indique que près de 10.000 personnes en situation irrégulière ont été interpellées depuis le début de l'année dans les Alpes-Maritimes, dont 15% ces sept derniers jours.

Le nombre de migrants interpellés dans les Alpes-Maritimes est-il toujours en hausse ?
Depuis le début de l'année nous avons interpellé 9.891 personnes en situation irrégulière, dont deux-tiers qui ont été réadmis en Italie. Ces sept derniers jours, 1439 interpellations ont eu lieu, dont 1.097 ont été directement réadmis en Italie. Le précédent pic remonte au mois de juillet 2014, quand nous avions interpellé 1.100 personnes en une semaine. Le phénomène est donc plus intense encore actuellement. C'est un flux exceptionnel, violent. Il ne faut pas s'attendre à une décélération dans les prochaines semaines.

Qui sont-ils ?
Il s'agit généralement de jeunes hommes en provenance de la Corne de l'Afrique, d'Erythrée et du Soudan pour la plupart. Ils n'ont pas nécessairement la France comme destination finale, et dans tous les cas le département des Alpes-Maritimes n'est pour eux qu'un lieu de passage. Ils cherchent à en sortir le plus rapidement possible.

Dans ce cas pourquoi les interpeller ?
Il m'appartient de faire respecter le droit, et en l'occurrence la règle du jeu au sein de l'Union européenne c'est que toute personne en situation irrégulière doit être réadmise dans le pays d'où elle vient, c’est-à-dire l'Italie dans notre cas. C'est à l'échelle européenne que doivent s'exercer les voies de la solidarité. Nous le faisions avec d'autant plus d'énergie que ne pas le faire exposerait ces migrants à l'errance à l'exploitation et à des conditions de vie très difficiles en France. Etre inerte ou passif ne servirait pas ces personnes.

Beaucoup d'entre-deux repassent plusieurs fois la frontière entre l'Italie et la France…
C'est impossible de le dire. Ils n'ont généralement pas de documents d'identité et nous n'avons pas le droit de relever leurs empreintes. Ils sont simplement réadmis en Italie.

La photo d'un billet de train Nice-Paris comportant une demande de "remboursement intégral" du prix à la SNCF, avec un tampon de la police aux frontières circule sur les réseaux sociaux. Comment interprétez-vous cela ?
Les personnes qui ont un billet de train valable mais sont interpellées ont le droit d'être remboursées.

A LIRE AUSSI >> De l'Italie à la France dans les pas de Shemsu, Ethiopien sans papiers

Lire et commenter