Primes en liquide : "Si c'était à refaire, je ne le referais pas", affirme Guéant

Primes en liquide : "Si c'était à refaire, je ne le referais pas", affirme Guéant
FRANCE

Une peine de 30 mois de prison avec sursis, 75.000 euros d'amende et cinq ans d'interdiction des droits civils et civiques a été requise mercredi à l'encontre de Claude Guéant au procès des primes en liquide du ministère de l'Intérieur. Les précisions de notre envoyée spéciale, Ségolène Chaplin.
Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent