Primes en liquide : "Si c'était à refaire, je ne le referais pas", affirme Guéant

FRANCE
Une peine de 30 mois de prison avec sursis, 75.000 euros d'amende et cinq ans d'interdiction des droits civils et civiques a été requise mercredi à l'encontre de Claude Guéant au procès des primes en liquide du ministère de l'Intérieur. Les précisions de notre envoyée spéciale, Ségolène Chaplin.
Lire et commenter