Procès de Gilles Patron : le témoignage de Jessica, la sœur de Laëtitia

Procès de Gilles Patron : le témoignage de Jessica, la sœur de Laëtitia

DirectLCI
JUSTICE – L’ancien père d'accueil de Laëtitia Perrais, assassinée par Tony Meilhon en 2011 est jugé pour viols et agressions sexuelles sur cinq victimes, dont la soeur jumelle de Laëtitia, Jessica.

La journée a été éprouvante. Mardi, c’était au tour de Jessica, sœur jumelle de Laëtitia, de témoigner dans le procès de Gilles Patron, père d’accueil de la jeune fille assassinée en 2001 par Tony Meilhon. Il comparaît en effet devant les assises de Loire-Atlantique pour viols et/ou agressions sexuelles sur cinq victimes, dont Jessica. A la barre, la jeune fille de 21 ans a dû évoquer ses relations avec l’homme de 63 ans. La veille, au tribunal de Nantes, il avait déclaré : "Je n'ai jamais nié les faits de la relation avec Jessica, je les regrette évidemment". Contestant en revanche les accusations de tous les autres plaignants, il avait évoqué une "relation amoureuse" et "fusionnelle".

Abus sexuels à 14 ans

De son côté, Jessica a détaillé pendant une heure les abus sexuels qu’elle a subis. "Ca a commencé quand j’avais 14 ans...", raconte-t-elle dans Ouest-France. "Je lui disais toujours non. Des fois, il y allait ; des fois, il y allait pas. Il me disait : "Jessica, j'ai besoin de motivation. Jessica, je t'aime." [...] J'étais en hypnose. Je laissais mon corps faire, mon cerveau était déconnecté." Les abus se seraient arrêtés pendant deux ans, puis auraient repris. Selon elle, Gilles Patron auraient continué à lui faire des avances quelques mois après la mort de Laëtitia.

Pourquoi ne pas avoir tout raconté ? Elle confie avoir eu "peur d’être séparé de sa sœur", de "se retrouver encore dans un foyer". "Il avait le contrôle sur moi", dit-elle, dans Ouest-France. Gilles Patron, assistant familial agréé en 1995 par le conseil général de Loire-Atlantique, a accueilli une cinquantaine d'enfants chez lui jusqu'en 2011. Son procès doit durer jusqu’au 28 mars prochain. Il encourt jusqu’à 30 ans de prison.
 

Plus d'articles

Lire et commenter