Procès Xynthia : La Faute à qui ?

Procès Xynthia : La Faute à qui ?
FRANCE

JUSTICE – Quatre ans et demi après le passage de la tempête Xynthia, qui avait provoqué la mort de vingt-neuf personnes à La Faute-sur-Mer (Vendée), cinq personnes et deux entreprises sont jugées pour "homicides involontaires" et "mise en danger de la vie d’autrui"…

A partir de ce lundi, et jusqu’au 17 octobre, cinq personnes et deux entreprises vont être jugées aux Sables d’Olonne (Vendée) pour "homicides involontaires" et "mise en danger de la vie d’autrui".

Le procès – où sont attendus 125 parties civiles et 116 journalistes – fait suite à la tempête Xynthia, qui avait causé la noyade de vingt-neuf personnes à La Faute-sur-Mer, dans la nuit du 27 au 28 février 2010. Pour la plupart des sexagénaires, surpris dans leur sommeil par la brusque montée des eaux. L’une des survivantes est ainsi "restée six heures dans une eau à 4°C, agrippée au canapé qui flottait, aux côtés de son mari décédé", selon les enquêteurs. Une autre a vu son petit-fils de 2 ans et demi mourir d’hypothermie dans ses bras, après que son époux s'est noyé sous ses yeux...

"Cuvette mortifère"

Principal responsable, aux yeux des enquêteurs : René Marratier. L’ancien maire de La Faute-sur-Mer est accusé d’avoir fait "obstruction" pendant des années à la rédaction au Plan de prévention du risque inondation (PPRI) de la préfecture, qui aurait rendu inconstructibles de nombreux terrains.

Sa première adjointe, Françoise Babin, est elle jugée pour avoir accordé des permis de construire illégaux dans des zones inondables. Les deux entreprises de Patrick Maslin, elles, ont fait construire une maison de plain-pied au cœur de la "cuvette mortifère", en dépit des règles de sécurité. Leur patron – par ailleurs président de l’office de tourisme – était pourtant membre de la commission urbanisme à la mairie… Le tribunal rendra son jugement à leur encontre le 12 décembre.

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent