Profanation d'un cimetière juif : un député PS fait le parallèle avec la montée du FN

Profanation d'un cimetière juif : un député PS fait le parallèle avec la montée du FN
FRANCE

ANTISÉMITISME – Philippe Bies, député socialiste du Bas-Rhin, a pointé dimanche le score du FN à Sarre-Union où a eu lieu la profanation de plusieurs centaines de tombes juives.

Coïncidence ? Il n’en croit rien. Dimanche, quelques heures après que Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, a révélé la profanation de plusieurs centaines de tombes juives dans un cimetière de Sarre-Union (Bas-Rhin), Philippe Bies, député socialiste du département, a établi un parallèle entre les faits et le score du FN aux récentes élections municipales et a appelé à la vigilance.

Une commune à 40% FN

"C'est sans doute une coïncidence, mais le FN a fait près de 41% aux dernières municipales à #SarreUnion #vigilance", écrit ainsi Philippe Bies sur Twitter, attribuant ainsi, tout en sous-entendu, la responsabilité du Front national à ce genre d’événement. Un tweet peu apprécié par l'ex-candidat défait, qui a condamné les dégradations peu de temps après.

À LIRE AUSSI >> Bas-Rhin : au moins 200 tombes profanées dans un cimetière juif

Lors des municipales de 2014, le candidat soutenu par le Front national, Baptiste Pierre, avait recueilli 40,62% des voix, mais s’était fait éliminer dès le premier tour par le candidat divers-droite Marc Séné.

Un contexte analogue aux années 2000

D'après le site des Dernières Nouvelles d'Alsace , c'est la sixième fois que les tombes juives du cimetière de Sarre-Union sont profanées, les attaques les plus marquantes remontant à 1988, où une soixantaine de tombes avaient été renversées et en 2001. Quelque 55 tombes avaient été dégradées. 

Le parallèle dressé par Philippe Bies réveille des souvenirs douloureux pour la région Alsace, qui avait déjà dû faire face à de nombreuses dégradations dans les cimetières juifs, comme à Herrlisheim, en 2004. Dans un contexte où le vote d'extrême droite allait bon train. Aussi bien aux élections régionales de 2004 qu'à la présidentielle de 2002, où Jean-Marie Le Pen se qualifia pour le second tour en arrivant en tête dans cette région .

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent