Propos anti-Roms : un an d'inéligibilité pour le maire de Roquebrune-sur-Argens

Propos anti-Roms : un an d'inéligibilité pour le maire de Roquebrune-sur-Argens
FRANCE

JUSTICE - Le maire UMP de Roquebrune-sur-Argens (Var), Luc Jousse, a été condamné lundi à un an inéligibilité et 10.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Draguignan pour des propos qu'il avait tenus sur les Roms, a-t-on appris de source judiciaire.

Luc Jousse a immédiatement fait appel. Le maire UMP de Roquebrune-sur-Argens (Var) a été condamné lundi à un an inéligibilité et 10.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Draguignan pour des propos qu'il avait tenus sur les Roms , a-t-on appris de source judiciaire.

Le maire varois avait créé une vaste polémique en déclarant, le 12 novembre 2013 au cours d'une réunion publique que les pompiers avaient été prévenus "trop tôt" lors d'un incendie dans un camp rom. Dans l'enregistrement de la réunion qui avait été diffusé par Mediapart , le maire dénoncait des vols et départs d'incendie qu'il attribuait aux Roms.

"Dommage qu'on ait appelé trop tôt les secours"

"Ils se sont mis à eux-mêmes le feu dans leurs propres caravanes ! Un gag ! Ce qui est presque dommage, c'est qu'on ait appelé trop tôt les secours !", avait-il déclaré. Luc Jousse avait dénoncé un "procès d'intention, une manipulation politique". "Ces propos sont des propos de quelqu'un du public que j'ai répétés", avait-il argué, concédant "une erreur" de sa part.

Le maire de Roquebrune-sur-Argens qui avait refusé de s'excuser, avait été brièvement suspendu de l'UMP le 10 décembre. Lors d'une réunion, fin janvier, les instances nationales de l'UMP avaient décidé de le réinvestir comme candidat pour les municipales de mars 2013.

Luc Jousse déjà condamné pour une autre affaire

Luc Jousse a été réélu en mars 2014 pour un troisième mandat dans cette commune du golfe de Saint-Tropez de 13.000 habitants.

En juillet, il a été condamné par le tribunal correctionnel de Draguignan à 5 ans d'interdiction de droits civiques et 20.000 euros d'amende pour détournement de fonds publics, notamment pour avoir abusé de l'utilisation de cartes d'essence de la commune. Dans cette deuxième affaire, M. Jousse a également fait appel.

Lire et commenter