FAIT DIVERS – A Aix-en-Provence, un couple organisait des parties fines avec prostituées, cocaïne et Viagra. La femme, directrice d’école de 54 ans, a été placée sous contrôle judiciaire.

Il va de soi qu’une directrice d’école peut faire ce qu’elle veut de ses nuits. Mais à condition de rester dans les limites de la légalité. Selon La Provence, ce ne serait pas le cas de la directrice de l’école Petit Lac, à Cabriès, et de son compagnon. Ces derniers seraient impliqués dans une histoire mêlant proxénétisme, drogue et utilisation de fausses ordonnances pour se procurer du Viagra.

Ensemble depuis deux ans et adeptes des plaisirs de la chair, les deux protagonistes auraient allié bizness et parties fines. Alors que Monsieur, habitué des réseaux libertins, proposait via Internet les charmes d’une dizaine de prostituées, Madame mettait à disposition son appartement aixois. Tout ce beau monde se retrouvait, jusqu’à deux fois par semaine, pour de chaudes soirées tarifées.

Cocaïne et Viagra

Le couple, qui participait activement aux rencontres, était aux petits soins pour ses clients. Il n’hésitait pas à proposer cocaïne et Viagra pour que la fête soit plus folle. La passe était facturée entre 100 et 150 euros et, bien sûr, les organisateurs ponctionnaient un pourcentage au passage.

Les deux libertins au sens des affaires affirmé ont été interpellés en fin de semaine dernière. Mis en examen pour "proxénétisme et trafic de stupéfiant" ainsi que pour "usage de faux documents", l'homme a été écroué et son épouse placée sous contrôle judiciaire. Cette dernière est par ailleurs suspendue à titre conservatoire par le rectorat.
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Tensions au Proche-Orient : plus de 100 morts depuis lundi dans la bande de Gaza

EN DIRECT - Vaccination des mineurs : "Il faudra l'envisager à partir de l'automne", selon le Pr Yazdanpanah, membre du Conseil scientifique

Covid-19 : les cas de variant indien en légère hausse en France

Traque dans les Cévennes : paranoïaque, passionné d'armes... l'inquiétant profil du fugitif

"Je ne voulais pas du contrat" : après "The Voice", PaulO trace sa route avec son groupe

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.