Puisseguin : un an après, des commémorations empreintes d'émotion

DirectLCI
DRAME - Les commémorations de l'accident de Puisseguin qui avait coûté la vie à 43 personnes le 23 octobre 2015 se sont déroulées dimanche.

L'émotion était présente dimanche matin pour les commémorations de l'accident de Puisseguin. Il y a un an jour pour jour, cette collision entre un camion et un autocar transportant des personnes âgées avait causé la mort de 43 personnes. Proches des victimes, rescapés et élus se sont rassemblés pour saluer la mémoire des morts. Après un office religieux dans l'église bondée de Puissegain, une stèle a été dévoilée sur le carré vert situé derrière l'église. 


Le maire de Puisseguin, Xavier Sublett s'est exprimé au cours de la cérémonie. Dévoilant une stèle à côté de l'église, il a évoqué, la voix étranglée par l'émotion, un matin où "tout a basculé dans le malheur". Il a également fait part de sa "colère" de voir des véhicules "brûler aussi rapidement et aussi intensément", en ces temps de progrès technologiques. Également présent à cette cérémonie Jean-Vincent Placé, secrétaire d'Etat chargé de la réforme de l'Etat et de la Simplification a conclu les cérémonies en assurant que "l'État n'oublie pas" et que "l'accompagnement des victimes est une priorité du gouvernement".

Plus tôt dans la journée, une première plaque commémorative, surmontée d'une imposante colombe de plâtre blanc, "symbole de paix et d'amour", a été dévoilée à Petit-Palais-et-Cornemps, à 8 km, d'où était parti l'autocar qui conduisait le groupe dans les Pyrénées. Elle-même endeuillée, la maire du village, Patricia Raichini, a égrèné les noms des victimes dont ceux de ses trois belles-soeurs qui ont péri dans le brasier qui a suivi la collision.


 Des sanglots dans la voix, elle a salué une "cérémonie chargée d'amour" et a souhaité un "prompt rétablissement à nos rescapés qu’il faudra soutenir longuement". Elle a ensuite rendu hommage aux personnes disparues dans l'accident, citant un proverbe africain : "Chaque fois qu'une personne âgée meurt, c'est une bibliothèque qui brûle".

Des dizaines de proches sont venus, à pied ou dans des minibus affrétés par les communes, fleurir de roses blanches le lieu de l'impact, dans un virage entre vignobles et bosquets, sur la petite départementale (D17) sinueuse de Gironde, à l'entrée de Puisseguin.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter