Quand les loups font trembler la Provence

Quand les loups font trembler la Provence

DirectLCI
ENVIRONNEMENT – Dans la nuit de vendredi à samedi, le fils d’un éleveur de Seyne-les-Alpes dans les Alpes-de-Haute-Provence s’est retrouvé nez à nez avec une meute de loups. Menacé, il a réussi à les faire fuir avec son fusil. Un drame évité de justesse qui relance le débat sur la présence du prédateur dans ce secteur.

Il a eu la peur de sa vie. Dans la nuit de vendredi à samedi, Romain, 16 ans fils d’un éleveur de bovins de la commune de Seyne-les-Alpes dans les Alpes-de-Haute-Provence, s’est retrouvé nez à nez avec une meute de loup. Son père absent ce soir-là, il garde l’exploitation avec son frère quand soudain ils entendent des beuglements anormaux de leurs vaches. Quelque chose de grave est en train de se passer. Pour y voir plus clair dans cette nuit noire, l’aîné va chercher le tracteur familial pour éclairer le champ. Romain reste sur place avec un fusil. L’arme lui sauvera la vie.

LIRE AUSSI >>  Attaque de loups dans le Mercantour : un berger en réchappe in extremis

Au loin, l’adolescent perçoit des silhouettes. Des billes de lumière dans la pénombre ne lui laissent aucun doute : ce sont des loups. Des prédateurs au comportement étrange ce soir-là. D’habitude effarouchées par l’homme, les bêtes ne se sauvent pas. Pire, elles s’approchent dangereusement du jeune garçon. "Elles couraient à une allure phénoménale (…) Elles n’ont même pas jeté un regard aux vaches", racontera-t-il plus tard. Sans qu’il puisse faire quoi que soit, les prédateurs sont désormais à une quinzaine de mètres de lui. Un coup de fusil tiré en l’air finira par les faire fuir.

"Ils n’ont plus peur de rien"

Habitué à voir le loup dans ce massif des Alpes, Gérard Autric, président des lieutenants de louveterie dans les Alpes-de-Haute-Provence l’affirme : "c’est la première fois que j’entends parler ici de loups s’approcher aussi près de l’homme". Un signal dangereux selon lui qui ne l’étonne toutefois pas. "Il ne faut pas se mentir. Le loup a été réintroduit par l’homme. Ils sont habitués à nous", affirme-t-il. Tellement habitués qu’il n’est pas rare d’en croiser dans les villages alentour. "On en a vu être à l’entrée du village de Prads", précise-t-il.

Une commune dont le maire, Bernard Bartolini prend la mesure du problème avec gravité. "Les troupeaux se font régulièrement attaquer. Nous allons avoir de très gros problèmes d’ici 5 ans", prévient-il. "On nous dit qu’il y en a 400 dans les Alpes, c’est bien plus", assure-t-il. D’autant qu’il confirme la proximité entre les hommes et les bêtes. "A force de chasser le gibier comme le mouflon, le loup va chercher de la nourriture plus bas dans la vallée. Ils n’ont plus peur de rien". Seule solution selon lui : inscrire le loup dans le plan de chasse "pour réguler l’espèce qui n’est plus du tout en voie d’extinction dans nos montagnes".

EN SAVOIR + >>  Le nombre de loups tués dans les Alpes-Maritimes devrait augmenter

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter