Quand notre huile de friture devient du carburant

Quand notre huile de friture devient du carburant

DirectLCI
ENVIRONNEMENT – L’association "Roule ma frite 31" récolte l’huile usagée des restaurants et établissements publics du centre-ville de Toulouse. L’objectif : la transformer en carburant bon marché pour des familles à faible revenu et en détergeant industriel.

Et si l'huile de friture devenait... du biocarburant ? C'est le projet écologique un peu fou sur lequel travaille Pascal Vallat depuis un an et demi. Cet ancien agent immobilier a décidé de monter l’association "Roule ma frite 31" afin de récolter les huiles de friture usagées pour les valoriser. Avec 1200 restaurants et 103 collèges lycées, le centre-ville de Toulouse représente un incroyable gisement.

Relocaliser le recyclage

Car toutes les huiles produites n'y sont pas collectées. "Environ 500 000 litres d'huiles usagées finissent dans les canalisations chaque année, estime Pascal Vallat. Les collectivités dépensent 7 millions d'euros pour les déboucher et traiter les boues en station d'épuration. Et quand l’huile est récoltée par des professionnels comme Veolia ou Sita (groupe Suez), elle part en Allemagne", où l’usage des biocarburants est beaucoup plus développé.

Pascal Vallat souhaite donc relocaliser le recyclage. Pour cela, sa cible principale sont les restaurants et cantines des établissements publics du centre-ville de Toulouse où les industriels du recyclage ne vont pas. Depuis quelques mois, Fabien Carrière, salarié de l’association fait la tournée des restaurants, des kebabs, de la clinique Pasteur ou encore des buvettes du Toulouse football club (TFC) les jours de match pour collecter leurs huiles de friture usagées. En cinq mois, l'association en a ainsi récolté 25 000 litres qu’elle stocke dans un hangar à Ramonville.

Un carburant à 80 centimes d'euros le litre

Prochaine étape, le transformer en carburant pour les moteurs diesel. Et même si, en France, rouler à l'huile est interdit, Pascal Vallat a reçu le soutien financier de Toulouse Métropole. "Nous ne faisons pas tout cela sous le manteau. Nous ne nous substituerons jamais aux stations service. 15 % des huiles que nous récoltons seront transformées en carburant à bas coût pour des familles à faible revenu". Le carburant leur sera revendu à 80 centimes le litre en partenariat avec l'association "Un garage pour tous" basée à Bellefontaine.

Le reste pourrait être valorisé auprès de l'entreprise Sodeco à Montauban, spécialisée dans la fabrication de détergeants industriels. "Nous voulons l'aider à remplacer son huile de base issue de la pétrochimie par de l'huile végétale, moins polluante". En attendant, Pascal Vallat multiplie les contacts avec de potentiels partenaires comme le Crous de Toulouse ou le lycée professionnel Gallieni qui pourraient eux aussi confier leurs huiles à Roule ma frite.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter