Qui pour remplacer Moudenc dans la 3e circonscription?

Qui pour remplacer Moudenc dans la 3e circonscription?

DirectLCI
POLITIQUE – Sept candidats, deux femmes et cinq hommes, mènent campagne sur la 3e circonscription afin de remplacer Jean-Luc Moudenc démissionnaire. Metronews vous présente les sept postulants.

Laurence Arribagé (UMP). Secrétaire départementale de l'UMP 31, l'épouse de l'ancien footballeur du TFC, est conseillère municipale à Toulouse depuis quelques semaines en charge des sports. Suppléante de Jean-Luc Moudenc sur la 3e circonscription depuis juin 2012, elle brigue désormais la place de "titulaire" et compte surfer sur la dynamique des municipales pour décrocher le siège de député. Côté programme, Laurence Arribagé insistera d'ici le 25 mai et le 1er tour sur le "matraquage fiscal" du gouvernement, la politique de l'emploi et le projet de seconde rocade.

Xavier Bigot (EE-LV). Ce collaborateur du groupe Europe Ecologie-Les Verts du Conseil régional a été plébiscité par les militants écologistes pour briguer un siège de député. Celui qui croit à la transition énergétique, capable selon lui de produire des emplois, se bat frénétiquement également contre le pacte de responsabilité, "un pacte d'austérité", porté par le duo Hollande-Valls et la seconde rocade promise par le candidat Moudenc.

Laurent Méric (PS). Conseiller municipal de Balma depuis 2008 (il siège désormais dans l'opposition), cet ingénieur d'EDF de 45 ans sera l'étendard du parti socialiste alors que les pronostics pariaient plutôt sur Joël Bouche le secrétaire départemental du PS. Méconnu du grand public, Laurent Méric souhaite reconquérir la 3e circonscription perdue en 2012. Mais la tâche s'annonce compliquée surtout après les défaites de la gauche sur l'agglomération toulousaine lors des dernières municipales. Adepte d'une campagne de terrain, Laurent Méric souhaite mettre en avant les mesures sur le développement économique, l'insertion sociale des jeunes, le logement familial, le développement du numérique et la transition énergétique.

Fabrice Pezzuto (FN).  A 30 ans, ce cadre du Front National en Haute-Garonne se présente à son premier scrutin. Pour le parti de Marine Le Pen, l'objectif de cette candidature est "d'apporter un député national supplémentaire au Front National et dénoncer la mascarade qui fait que le FN n'a pour l'heure que deux députés alors que Marine Le Pen a pesé près de 18% des suffrages aux dernières présidentielles".

Martine Croquette (PCF/FdG). La conseillère municipale de Toulouse, elle a été en charge durant six ans de la question du logement, part avec l'étiquette PCF-Front de Gauche dans le dos. Déjà candidate en 2012 sur la 3e circonscription, elle avait récolté 6,42% des voix, Martine Croquette mènera campagne sur des thématiques nationales, elle est opposée au pacte de responsabilité de François Hollande, et locales avec l'épineuse question du tracé de la seconde rocade .

Nicolas Rimaud (SE). Avec son slogan "La famille au cœur", ce candidat de 40 ans qui se présente comme étant "sans étiquette" reprend à son compte les idées défendues par la Manif pour tous. Nicolas Rimaud, cadre commercial dans une entreprise de logistique de la région toulousaine, se dit favorable à la culture des OGM et à la seconde rocade. S'il accède à l'assemblée nationale, il compte proposer une loi sur la famille et demander l'abrogation du mariage pour tous.

Clément Satger (Solidarité et progrès). A 30 ans, ce fidèle de Jacques Cheminade chef de file du parti Solidarité et progrès, milite pour la séparation des banques commerciales et des banques d'affaires. L'unique façon selon le candidat pour que l'Etat retrouve ses moyens afin de financer librement des projets comme la seconde rocade, la troisième ligne de métro ou la 2x2 voies entre Toulouse et Castres.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter