Les radars de virage ne seront finalement pas placés dans le... virage

DirectLCI
VITESSE - En test depuis le week-end dernier sur certaines routes de France, un nouveau dispositif permet de flasher les automobilistes et les motards sur les routes sinueuses. Ce dimanche, le délégué interministériel à la sécurité routière a apporté quelques précisions quant au fonctionnement de ces radars. Objectif : faire taire les polémiques.

Ils sont en test depuis déjà plusieurs jours. Des radars autonomes, c'est-à-dire déplaçables, ont commencé à relever des excès de vitesse dans les virages sur les routes de France.  Un nouvel outil qui ne plait pas à tout le monde. Certaines associations d'automobilistes et de motards jugent en effet  dangereux de placer des radars dans les virages, sachant qu'un conducteur a  souvent le réflexe de freiner en apercevant un radar.   


Pour tenter d'éteindre la polémique, le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, a apporté quelques précisions utiles ce dimanche :  "Nous ne mettons pas le radar dans un virage. Nous le mettons pour  contrôler la vitesse dans le virage, mais à l'entrée ou à la sortie du virage".


Autre garantie :    "Ce radar est toujours annoncé par un panneau", a-t-il également répété.


Le week-end dernier, à l'occasion du  Bol d'Or au Castellet (Var), deux radar mobiles ont été placés à l'approche d'une courbe sur les départementales D2 et D402. Ces deux dispositifs faisaient office de test alors que étaient attendus plus de 60.000 spectateurs sur le circuit Paul-Ricard.

Objectif : sécuriser les virages

La nouvelle technologie des radars autonomes, ces cabines de contrôle semi-fixes placées sur des zones de danger temporaires - comme les chantiers - permet le contrôle de la vitesse d'un véhicule en mouvement dans une courbe.


En 2016, près de 500 automobilistes et 160 motards ont perdu la vie dans un virage, selon l'Observatoire national de la sécurité routière. "Les causes de ces accidents routiers sont multiples (collision avec un véhicule circulant dans le sens opposé, sorties de route) mais toujours aggravés par une vitesse excessive ou inadaptée", souligne le ministère.

En vidéo

Gérard Colomb annonce que les radars seront sous-traités à des sociétés privées

Les routes de montagne dans le collimateur

"Les radars autonomes (au nombre de 248) vont donc pouvoir être aussi déployés sur des routes sinueuses, notamment en montagne, afin de sécuriser les enchaînements de virages et les zones difficiles d'accès", précise le ministère de l'Intérieur.

Plus d'articles

Sur le même sujet