Réforme des Régions : qu’en pensent les Nantais ?

Réforme des Régions : qu’en pensent les Nantais ?

DirectLCI
REFORME – Le président François Hollande a appelé à une réforme des régions. Les pistes évoquaient une région grand Ouest, mêlant Pays de la Loire et Bretagne.

Diminuer le nombre de régions, et sans doute œuvrer à un rapprochement des Pays de la Loire et de la Bretagne… La réforme proposée par François Hollande suscite des réactions contrastées, parmi les Nantais.

Eva, commerciale de 35 ans, n’est pas contre : "Je ne suis pas forcément attachée à la Région. Pour moi, c’est même plutôt bien de rassembler ensemble celles qui se touchent. Et il est évident que la Bretagne et les Pays de la Loire font partie du même bassin de consommation. Je trouve cela cohérent." Plus loin, Thérèse, ancienne fonctionnaire, estime aussi qu’"il faut élaguer. Il y a trop de monde, trop de personne, trop d’échelon : les villes, les communautés de communes, le département, la région…Il y a des doublons, des triplons ! Avec l’informatique, on devrait être capable de simplifier toute cette gestion !"

S’ils partagent ce constat, Romuald et Antoine, deux étudiants en informatique d’une vingtaine d’années voient surtout dans cette réforme "une perte d’énergie et de temps". "Je suppose que ça va permettre de recentrer les budgets sur les grosses villes au détriment de la campagne", note Antoine. "Et on aura plus de kilomètres à faire pour l’administration". D'autant que, estiment-ils avec humour, "les Bretons risquent de ne pas être contents d’être rattachés à la Loire-Atlantique !"

"Ne pas prendre des bouts de régions pour les mettre avec d'autres"

Les institutionnels sont eux aussi partagés sur le dossier. "L’incitation à se rapprocher précisée par le ministre du Budget aura beaucoup d’influence dans les Régions Bretagne et Pays de la Loire", estime ainsi Breizh 44, qui milite pour la réunification de la Loire-Atlantique à la Bretagne . "En effet, en plus de subir, comme toutes les autres collectivités, la baisse des dotations votées, ce sont les Régions dont les dotations par habitants sont les plus faibles de France. Les Régions Bretagne et Pays de la Loire pourraient donc être forcées de fusionner pour éviter d’aggraver leurs finances par un malus." Un rapprochement qui "diluerait la Bretagne dans un grand Ouest", alors qu'il faut au contraire "faire naître des Régions cohérentes, appropriables par les habitants et visibles internationalement ce qui est source de dynamisme démocratique et économique."

L’ UDB (Union démocratique bretonne) défend elle la réorganisation des régions de l’Ouest en "quatre régions fortes dont ferait partie la Bretagne réunifiée aux côtés d’une Normandie réunie, d’une Région Vendée-Poitou-Charente et d’une région Val de Loire". "Ce n’est pas la question de la taille des régions qui est le problème de fond mais leur capacité à rayonner internationalement, à être appropriées par les habitants, ce que la Région Pays de la Loire ne parviendra pas à faire", estime Arno Mahé, second fédéral de l'UDB Loire-Atlantique.

La semaine dernière, dans une interview à France Inter, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a cependant nuancé cette approche, estimant que le rattachement de la Bretagne aux Pays de la Loire "n’était pas le bon débat" : "La question, c'est : "Est-ce que 22 régions, c'est trop ? Ou est-ce qu'on peut regrouper certaines régions ? Il ne faut pas prendre des bouts de régions pour les mettre avec une autre", a-t-il dit. "C'est une question sérieuse. Ce chantier, il faut l'engager".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter