Régionales 2015 en Rhône-Alpes/Auvergne : le FN "part pour gagner"

Régionales 2015 en Rhône-Alpes/Auvergne : le FN "part pour gagner"

France
DirectLCI
POLITIQUE – Candidat Front National très probable aux prochaines élections régionales en Rhône-Alpes/Auvergne, Christophe Boudot explique à metronews sa vision pour la future grande région. Et en profite pour tacler l'UMP et Laurent Wauquiez.

Serez-vous candidat aux prochaines élections régionales ?
Il n'y a pour l'instant rien de décidé. Je suis candidat à la candidature, et la décision sera prise par le bureau politique du Front National le 2 mars prochain. A ma connaissance il n'y a pas d'autres candidats. Dominique Martin est député européen et aurait toute légitimité à concourir. Bruno Gollnisch a démissionné et ne devrait donc pas se présenter même si c'est toujours possible. Mais oui, je suis le favori. J'ai le soutien de Marine Le Pen, et j'ai très envie d'être candidat. Je me sens prêt.

Quelles seront vos priorités pour la grande région Rhône-Alpes/Auvergne ?
Des équipes travaillent déjà autour de moi, notamment sur le plan économique. Nous ne sommes pas assez audibles sur le plan de l'entreprise. Je pense qu'il faut revoir de fond en comble la formation professionnelle, qui est prise par le mauvais bout par Jean-Jack Queyranne. Au niveau des transports, la charte de collaboration avec la SNCF est à revoir après les élections et non avant, afin que la nouvelle majorité ait les coudées franches pour pouvoir négocier. Il y a beaucoup de choses à dire sur les TER et les transports en commun régionaux, que ce soit en matière de sécurité ou de ponctualité. Il faut recentrer la région sur ses propres compétences et d'arrêter d'intervenir sur tout et rien, comme sur l'aide internationale, qui doit être prise en charge par l'Etat.

Wauquiez, le "toutou de Sarkozy"

Quelles sont vos ambitions pour ce scrutin ?
Nous partons pour remporter la région, bien évidemment. Nous savons que ce n'est pas la plus gagnable de France pour le Front National, mais ce n'est pas non plus la moins abordable. On parle souvent de PACA ou du Nord, mais nous pouvons nourrir de solides ambitions pour Rhône-Alpes. Je me suis laissé dire que la candidature de Monsieur Wauquiez à l'UMP faisait des vagues au centre. Or, l'UMP sans le centre arrive largement derrière le FN.

Justement, quel regard portez-vous sur la désignation de Laurent Wauquiez par l'UMP  ?
On ne sait pas quel UMP il représentera. Il a déjà un lourd passif en ayant été membre du gouvernement Sarkozy. A mon avis, il va traîner cela comme un boulet car il doit sa notoriété à Nicolas Sarkozy. C'est quelqu'un de très clivant, ce n'est pas un rassembleur. Je ne suis pas du tout inquiet par la candidature de "Monsieur anorak rouge", qui a l'air d'avoir une posture de droite mais qui est finalement le toutou de Sarkozy.

"Se tourner vers l'Europe, la plus mauvaise chose à faire"

Que pensez-vous du bilan de Jean-Jack Queyranne  ?
Même si c'est un opposant farouche, je trouve l'homme tout à fait cordial. En revanche, au niveau de sa politique, sa majorité est mal née dès le départ. Il est sous l'emprise des écologistes et cela s'est traduit par de mauvaises décisions comme le cadencement des TER, qui a coûté très cher. Il a également repêché les forces d'extrême gauche, qui avaient fait un très mauvais score au premier tour lors des dernières élections régionales. Idéologiquement, le mandat de Jean-Jack Queyranne est donc très mal parti et cela s'est vu au fil des années.

Plus généralement, la création d'une grande région Rhône-Alpes/Auvergne a-t-elle un sens, selon vous ?
Non, pas dans ma logique. Nous pensons que se tourner vers l'Europe, c'est la plus mauvaise chose à faire. Le rôle de l'Etat doit être conforté, avec celui du département. La région doit être une coordination de départements, pour davantage de proximité. Mais nous ferons avec, nous ne changerons pas les choses si nous sommes au pouvoir.

Enfin, confirmez-vous la présence d'un candidat FN à Vénissieux fin mars pour l'élection municipale partielle  ?
Bien sûr, le candidat s'appelle Damien Monchau. Il est jeune, et travaille dans les forces de l'ordre, ce qui symbolise une autorité qui manque beaucoup là-bas. Il faut débarrasser Vénissieux des communistes, qui ont fait beaucoup de mal à cette ville et ailleurs en France. Nous formons de bons espoirs, et nous verrons bien ce qu'il adviendra.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter