Régions : les maires de l’Ouest se déclarent leur flamme

FRANCE
DirectLCI
REFORME - Dans une tribune publiée dans "Ouest-France", les maires des grandes villes de l’Ouest affirment leur soutien à l’hypothèse d’une fusion des Pays de la Loire et de la Bretagne.

Ils se lancent, eux aussi, dans le débat. Dans une tribune publiée ce lundi dans Ouest-France , Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes métropole, Nathalie Appéré, maire de Rennes, Emmanuel Couet, président de Rennes métropole, François Cuillandre, maire de Brest et président de Brest Métropole Océane, et David Samzun, maire de Saint-Nazaire, donnent leur avis sur la réforme territoriale. Et leur position est claire : ils sont "favorables à une fusion de la Bretagne et des Pays de la Loire."

"Elle permettrait à nos territoires de penser à l’échelle européenne, condition indispensable pour asseoir notre développement économique et gagner la bataille de l’emploi", estiment-ils dans la tribune. Ils indiquent par ailleurs que "Brest, Nantes, Rennes et Saint-Nazaire, tout comme les régions Bretagne et Pays de la Loire, ont démontré leur complémentarité et tissent, déjà, de nombreuses coopérations."

"La Loire-Atlantique pas près de chausser des charentaises"

Depuis déjà plusieurs semaines, les Pays de la Loire, emmenés par Jacques Auxiette, tentent de prendre leur place dans le débat mené au niveau national. Une crainte en effet pour le président de région : le démantèlement. La pression est en effet forte, de la part des partisans de la Bretagne réunifiée, qui réclament un référendum et le rattachement de la Loire-Atlantique à cette région.

Jacques Auxiette a donc multiplié les contacts, notamment en direction du Poitou-Charentes , pour étudier les rapprochements possibles. Ce qui avait d’ailleurs provoqué des réticences jusque dans les rangs de la gauche. Le président du Conseil général Philippe Grosvalet avait ainsi réagi dans Presse-Océan : "La Loire-Atlantique n’est pas près de chausser des charentaises. Ce n’est pas que je n’y crois pas, c’est que je ne le veux pas. La Loire-Atlantique n’a rien à voir le Poitou-Charentes. Ou le Centre d’ailleurs. Si les frontières des régions doivent bouger, je n’imagine pas que la Loire-Atlantique ne soit pas avec la Bretagne."
 

Lire et commenter